AccueilÉDITO

L'Inde veut déjà dépasser ses objectifs de la COP21 en matière d'énergies renouvelables

Publié le

par Jeanne Pouget

©Wikimedia

En annonçant vouloir produire jusqu'à 57 % de son électricité grâce aux énergies renouvelables d'ici 2027, l'Inde souhaite aller plus loin que l'objectif fixé par l'Accord de Paris sur le climat. 

(©Vestas/Wikimedia/CC)

Le gouvernement indien vient de publier son programme énergétique pour les dix prochaines années. Il y précise sa volonté de produire 57 % de son électricité grâce aux énergies renouvelables d'ici 2027, contre les 40 % exigés par l'Accord de Paris d'ici 2030. Une excellente nouvelle de la part de la sixième économie mondiale, peuplée par 1,2 milliard d'habitants et troisième émetteur mondial de gaz à effet de serre (après les États-Unis et la Chine).

Une déclaration qui fait suite à l'inauguration le mois dernier de la plus grande centrale photovoltaïque au monde, dans l'État du Tamil Nadu, dans le sud du pays. Celle-ci est dotée de 2,5 millions de panneaux solaires, répartis sur 10 kilomètres carrés et elle est capable d'alimenter 150 000 foyers à sa puissance maximale.

Appel aux investisseurs

"L'Inde est en train de s'éloigner des énergies fossiles à un rythme que l'on aurait à peine imaginé il y a deux ans", analyse dans les colonnes du Guardian Tim Buckley, directeur ‎d'études à l'Institut d'économie de l'énergie et d'analyse financière. Un bon en avant attribué notamment à la chute spectaculaire des coûts des énergies renouvelables ces cinq dernières années.

Mais pour se concrétiser, ce plan national doit recevoir le soutien d'investisseurs privés. Aussi, le ministre de l'Énergie indien, Piyush Goyal, a lancé un appel aux entreprises étrangères afin qu'elles mettent de leur capital dans les énergies durables. Appel reçu notamment par EDF, qui a annoncé qu'elle souhaitait investir 1,9 milliards d'euros dans les secteurs éolien et solaire en Inde. Le groupe de télécommunication japonais SoftBank s'est de son côté engagé à poser 19 milliards d'euros sur la table. L'énergie verte aurait donc de beaux jours devant elle en Inde. Pourvu que les autres pays imitent cet exemple et que les investisseurs suivent.

À voir aussi sur konbini :