AccueilÉDITO

L’État islamique revendique l’attaque à Marseille

Publié le

par Astrid Van Laer

Ce dimanche 1er octobre, un homme a tué deux jeunes femmes à l’arme blanche sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille. L’État islamique a revendiqué l’attaque.

Ce dimanche 1er octobre, deux jeunes femmes qui se trouvaient sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille ont été poignardées à plusieurs reprises et ont succombé à leurs blessures. Selon France Info, les deux victimes tuées à l’arme blanche étaient cousines, l’une étudiait la médecine à Marseille et l’autre était en école d’infirmière à Lyon. Le Parisien nous apprend qu’elles s’appelaient Laura et Mauranne et qu’elles étaient âgées de seulement 20 et 21 ans.

Le meurtrier a été abattu par les militaires de l’opération Sentinelle, dont le ministre de l’Intérieur a salué la "réaction exemplaire". D’après les premières informations recueillies par France Télévisions, l’assaillant était âgé d’une trentaine d’années et en situation irrégulière sur le territoire français. Il n’était pas fiché S, mais a auparavant été arrêté sous sept identités différentes et aurait une "dizaine de faits de délinquance mineurs de droit commun" à son actif.

L’État islamique revendique l’attaque

Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, n’a pas immédiatement qualifié l’acte de "terroriste", privilégiant la prudence en déclarant : "À partir du moment où le procureur de Paris chargé du terrorisme a été saisi, c’est qu’il y a cette possibilité. Mais nous ne pouvons pas l’affirmer de manière assurée. Je préfère attendre les éléments de l’enquête." Néanmoins, dans la soirée, l’État islamique a revendiqué l’attaque dans un communiqué via son agence de propagande, Amaq, dans lequel l’assaillant est qualifié de "soldat" de Daech.

Toujours selon France Info, une enquête a été ouverte, notamment pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et la section antiterroriste du parquet de Paris a été chargée de s’en occuper. Le maire de la cité phocéenne, Jean-Claude Gaudin, a réagi après l’attaque, saluant lui aussi les forces de police qui sont intervenues :

"Deux jeunes femmes ont été assassinées dans ce lieu symbolique, emblème d’une ville ouverte sur tous les horizons, par un homme qui agissait au nom du mal. C’est une tragédie dont l’ampleur a pu être limitée grâce à l’intervention immédiate de l’un des hommes de l’opération Sentinelle."

À lire -> Loi antiterroriste : les perquisitions hors état d’urgence sont désormais autorisées

À voir aussi sur konbini :