AccueilÉDITO

Les meilleures punchlines de Rachida Dati dans son interview au Monde

Publié le

par Cyrielle Bedu

Mic drop.

Jeudi 20 juillet, un portrait de l’ancienne garde des Sceaux Rachida Dati était publié dans Le Monde. Dans ce long papier, le célèbre duo de journalistes du quotidien du soir Gérard Davet et Fabrice Lhomme revient sur le parcours atypique de cette femme politique, qui est désormais maire du 7e arrondissement de Paris et députée au Parlement européen.

Lors de ses rencontres avec les journalistes, celle qui, comme le rappelle Le Monde, est surnommée "Rachida Data" dans son camp politique ("tant on l’imagine accumulant des données et distribuant à la presse des informations dérangeantes sur ses petits camarades") ne mâche, comme à son habitude, pas ses mots sur ses adversaires politiques. L’ancienne garde des Sceaux est aussi très franche sur son parcours hors du commun, et en profite pour distiller de nombreuses punchlines très… "datiesques". Florilège.

"Ne me faites pas passer pour une dingue !"

"Vous avez déjà vu quelqu’un retraité de sa passion ?"

"Moi, je pense que j’ai l’âme d’un grand voyou, dans le sens où je ne dénonce pas les gens que j’aime. J’ai été élevée avec des assassins, dans un immeuble où la moitié des mecs étaient soit des camés, soit en taule."

Au sujet de l’ancien ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux :

"Pendant la dernière campagne présidentielle, parce qu’il fallait se réconcilier, je montais dans l’avion avec lui, mais je le saluais en disant : 'Bonjour, le guignol', puis je disais : 'Vous ne trouvez pas que ça sent le nazi ici ?'"

Toujours au sujet de Brice Hortefeux :

"Un jour, devant un ascenseur, je lui dis : 'Alors le facho, ça va ?' Il me répond : 'Ça va, intrigante.' Là, je me retourne et je lui mets un coup de poing dans la gueule, et il se mange le miroir ! Après, Sarko m’appelle : 'Qu’est-ce que t’as encore fait ?' Je lui dis : 'Il m’a insultée.' Et lui : 'Arrête de le chercher.'"

Sur le fait qu’elle soit devenue maire du 7e arrondissement de Paris :

"Ça, je dois le reconnaître, c’est un super coup de Sarko."

Au sujet de l’ancienne ministre de l’Écologie Nathalie Kosciusko-Morizet :

"Humainement, je ne l’aime pas du tout. […] L’armoire de mon bureau a pour moi plus d’intérêt qu’elle."

À lire -> "Salut le facho" : le texto explosif de Rachida Dati à Brice Hortefeux

À voir aussi sur konbini :