Sur Facebook, les femmes dénoncent les abus sexuels

Afin de dénoncer les abus sexuels, les femmes arborent une image bien particulière en photo de profil sur les réseaux. Né d'une initiative islandaise, le mouvement ne cesse de prendre de l'ampleur.

Un visage orange pour celles qui ont été abusées, un jaune pour celles qui connaissent une victime d'agression. Tel est le principe de ce nouveau mouvement lancé en Islande afin de dénoncer les abus sexuels.

Ces images, utilisées en tant que photo de profil par ceux qui suivent l'initiative, viennent dénoncer le silence autour des violences sexuelles.

Publicité

Les femmes changent leurs photos de profil pour dénoncer les abus sexuels

Les femmes changent leurs photos de profil pour dénoncer les abus sexuels

Un mouvement viral

En affichant elles-mêmes ces pictogrammes ou en les voyant sur d'autres profils, les femmes pourraient être incitées à parler, à cesser de taire ces actes sans pour autant avoir honte d'évoquer le sujet. D'ailleurs, l'initiative elle-même semble venir d'une seule personne ayant osé parler du sujet.

Parti d'un message posté sur un groupe Facebook destiné aux cosmétiques, le mouvement s'est forgé suite à un nombre de réactions que l'auteur du post n'avait pas anticipé. Quand le groupe, qui recense plus de 4 600 membres, a vu le post apparaître, ce sont des centaines de commentaires qui s'y sont ajoutés, témoins de l'ampleur du phénomène.

Publicité

Sortie de la sphère confidentielle dans laquelle elle est née, la campagne est devenue virale sur les réseaux, Twitter étant venu appuyer le mouvement grâce à des utilisateurs répandant des hashtags évocateurs. #Outloud (littéralement "à haute voix"), #Konurtala ("Les femmes parlent") and #þöggun ("Silence") sont autant de mots-clés repérés par le Telegraph sur le réseau aux 140 caractères.

Inciter à dénoncer la violence sexuelle

Le mouvement témoigne d'une volonté de voir la honte changer de camp, d'accompagner les femmes dans leur démarche de verbalisation. En septembre dernier, L'Express dévoilait déjà qu'une fille sur dix avait été victime d'abus sexuels avant ses vingt ans. Des chiffres basés sur un rapport alarmant de l'UNICEF qui dépasse les frontières puisque l'enquête a été menée à échelle mondiale.

Les violences, bien que plus régulières chez les femmes, touchent aussi les hommes. Une enquête de "Stop le déni" menée sur 1210 personnes âgées de 15 à 72 ans a démontré qu'un homme français sur quatorze avait aussi été victime d'abus sexuel. Une réalité qu'il est bien souvent difficile de dénoncer pour les victimes.

Publicité

Avec un principe simple et une viralité permise par la rapidité de circulation de l'information sur les réseaux sociaux, la campagne islandaise a cependant toutes les clefs en main pour mobiliser et sensibiliser les populations au sujet des violences sexuelles.

Par Aline Cantos, publié le 11/06/2015

Copié

Pour vous :