AccueilÉDITO

Pesticides : des traces de Roundup détectées dans l'urine des eurodéputés

Publié le

par Jeanne Pouget

Roundup, herbicide le plus commercialisé au monde et contenant du glyphosate, la fameuse molécule controversée (Capture d’écran YouTube)

Alors que Bruxelles envisage de renouveler le glyphosate, pesticide controversé du célèbre désherbant Roundup de Monsanto, une campagne de communication menée par des eurodéputés belges a montré que 100 % des membres du Parlement européen ayant accepté de se faire contrôler, présentaient des traces du produit dans leurs urines. 

Roundup, herbicide le plus commercialisé au monde et contenant le glyphosate, fameuse molécule controversée. (© Capture d'écran YouTube)

Vous avez sûrement entendu parler du glyphosate, cette molécule active du Roundup, désherbant le plus utilisé dans le monde et dont les effets, tant sur l'environnement que sur la santé, font l'objet d'une bataille d'experts. Le glyphosate est-il cancérogène ? Oui, affirme l'Organisation mondiale de la santé  (OMS). Non, rétorque l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

Alors que l'homologation de la célèbre molécule arrive à son terme le 30 juin prochain et que la polémique scientifique fait rage, la Commission européenne œuvre afin le glyphosate soit de nouveau autorisé pour les dix prochaines années.

Puisque l'autorisation du glyphosate en Europe relève de la décision des eurodéputés, leurs homologues belges ont donc lancé une campagne de communication visant à mesurer la présence de l'herbicide dans l’urine de leurs pairs comme le relate Le Monde. Les résultats, rendus publics jeudi 12 mai, sont frappants.

Alerter les décideurs

Sur les 48 parlementaires, de 13 nationalités, balayant l'ensemble de l'échiquier politique, qui ont accepté de jouer le jeu (sur 751 membres que compte le Parlement) "tous présentaient une teneur détectable de glyphosate dans leur urine", rapporte le quotidien. Et d'ajouter :

"À des taux souvent élevés, la moyenne étant de 1,7 microgramme par litre (µg/l), soit 17 fois le seuil légal toléré dans l’eau potable. Les taux de contamination les plus élevés sont plus de 35 fois supérieurs à ce seuil."

À noter que ces "cobayes", parmi lesquels les Français et les Belges sont surreprésentés, ne sont pas représentatifs de l’ensemble de la population européenne qui englobe 28 nationalités. Cette campagne n'a donc pas de valeur scientifique mais vise à alerter les décideurs alors qu'ils s'apprêtent à prolonger l'autorisation de commercialisation d'un produit potentiellement toxique.

Reste à voir si les eurodéputés seront sensibles à la démonstration qui prouve, malgré tout, que le glyphosate se répand comme une traînée de poudre, au-delà des frontières. La réponse de l'Union européenne est attendue le mercredi 18 mai.

À voir aussi sur konbini :