© Vaughan Leiberum/Flickr

La population des éléphants de savane d'Afrique a chuté de 30 % depuis 2007

Selon un rapport publié mercredi 31 août, les éléphants de savane d'Afrique sont plus que jamais menacés de disparition en raison des effets conjugués d'un faible taux de natalité et du braconnage.

© Vaughan Leiberum/Flickr

© Vaughan Leiberum/Flickr

"Je ne pense pas que quiconque dans le monde ait vu autant d'éléphants morts que moi ces deux dernières années", exprime tristement Mike Chase, fondateur de l'ONG Elephants Without Borders dans un reportage diffusé par la chaîne américaine CNN.

Publicité

Un sentiment confirmé par le recensement inédit des éléphants d'Afrique réalisé grâce au projet Great Elephant Census. Le verdict est sans appel : la population des éléphants de savane d'Afrique a décliné de 30 % entre 2007 et 2014. Soit environ 144 000 individus de moins. Un constat "profondément inquiétant", pour Paul Allen, cofondateur de Microsoft et philanthrope, qui a financé le projet à hauteur de 7 millions de dollars (6,2 millions d'euros). Les éléphants de forêt n'ayant pas pu être précisément dénombrés, les chiffres du rapport s'appliquent aux éléphants de savane, mais les membres de Great Elephant Census estiment que les éléphants de forêt "semblent être gravement menacés par la disparition de leur habitat et le braconnage". Ils ajoutent qu'"il y a une grande incertitude sur leur population actuelle".

Ce recensement est le fruit d'un projet hors normes pour lequel 90 scientifiques et 286 participants ont survolé 18 pays d'Afrique ces trois dernières années. Environ 10 000 heures de vol pour dresser un état des lieux de la situation des éléphants sur le continent.

Au Botswana, les carcasse d'éléphants braconnés s'étalent sur des kilomètres (© CNN)

Au Botswana, les carcasse d'éléphants victimes du braconnage s'étalent sur des kilomètres. (© CNN)

Publicité

Des résultats pires que prévus

La population des éléphants était estimée à 20 millions d'individus sur le continent africain avant la colonisation européenne. Un chiffre qui est descendu à 1,3 million en 1979. Puis, le déclin des pachydermes s'est brutalement accéléré, notamment entre 2007 et 2014, passant à 352 000 spécimens. "Quand vous pensez à combien d'éléphants il y avait dans ces contrées il y a dix ou vingt ans, c'est terriblement décourageant", se désole Mike Chase.

Un avenir sombre pour les éléphants de la forêt africaine selon les dernières études (©IUCN/WWF, Great Elephant Census)

L'avenir est sombre pour les éléphants d'Afrique selon les dernières études. (© IUCN/WWF, Great Elephant Census)

Cette chute de la population dramatique est encore plus flagrante dans certains pays. Dans la réserve de gibier de Sélous en Tanzanie ou dans la réserve de Niassa au Mozambique, par exemple, la population d'éléphants a diminué de 75 % ces dix dernières années.

Publicité

Le taux annuel de déclin de la population est actuellement de 8 %, ce qui signifie que le nombre d'éléphants de savane passera dans les dix prochaines années à 175 000 spécimens si rien n'est fait, et que leur extinction est fort probable dans certaines zones géographiques.

En cause : un faible taux de natalité, car les éléphants d'Afrique meurent souvent avant d'avoir pu donner naissance, leur maturité sexuelle étant tardive. Ce facteur s'ajoute à la chasse sans répit menée par les braconniers : en moyenne un éléphant est tué pour son ivoire toutes les 15 minutes sur le continent africain.

Les populations d'éléphants sur le continent africain ces dix dernières années ( ©GEC)

Les populations d'éléphants sur le continent africain ces dix dernières années. (© GEC)

Publicité

L'armée mobilisée au Botswana

Faute de moyens ou de volonté, il est difficile d'arrêter les braconniers car les territoires sur lesquels se déplacent les éléphants sont gigantesques et les pachydermes évoluent dans des espaces aux frontières poreuses. "Les braconniers agissent en toute impunité ici [au Botswana], parce que rien ne bloque leurs déplacements, explique Mike Chase. Ces frontières sont ouvertes sur la vie sauvage, et en seulement quelques minutes [ils] peuvent passer dans trois pays différents."

Le Botswana est aujourd'hui l'un des derniers bastions des éléphants sur le continent avec l'Afrique du Sud et le Zimbabwe. Alors, pour tenter de sauver ces animaux, l'armée botswanaise, la Botswana Defense Force (BDF), a déployé un bataillon d'infanterie composé de 700 soldats spécialement entraînés pour débusquer et tuer les braconniers. Ceux-ci agissent actuellement autour de 40 bases localisées dans le nord du pays. Mais reconnaître un braconnier n'a rien d'évident et leurs techniques pour échapper aux forces de l'ordre se font de plus en plus pointues.

Par Jeanne Pouget, publié le 01/09/2016

Copié

Pour vous :