AccueilÉDITO

Les conseillers de Fillon avaient commandé 15 000 paires de "lunettes-sourcils"

Publié le

par Théo Mercadier

L’idée de génie, qui visait à décoincer un peu l’image du candidat, a malheureusement été mise de côté, certains jugeant que sa légitimité en prendrait un gros coup.

Le magazine Le Point révèle, à la surprise générale, que les petits génies de l’équipe de com' de François Fillon, candidat malheureux à l’élection présidentielle, ont eu la fulgurante idée de commander des montagnes de "lunettes à sourcils". L’objectif : rendre Fillon sympathique en jouant à fond la carte de l’autodérision, le député de Paris étant connu pour ses broussailleux sourcils. Et ils n’ont pas fait les choses à moitié, puisque ce sont pas moins de 15 000 paires de ces lunettes qui ont été commandées, pour une facture totale de 30 000 euros. Les goodies devaient être distribués un peu partout en France dans les jours précédant le premier tour, pour inonder le pays de militants de droite à gros sourcils. On adore.

Il y a mieux : jouant la carte de l’humour potache jusqu’au bout, les conseillers du candidat avaient même eu l’idée d’imprimer des milliers de T-shirts "Je ne sourcille pas, je vote Fillon". Un slogan tout droit sorti des enfers, mais qui colle pas mal au rapport décomplexé que Fifi entretient avec ses sourcils. Comme le rappelle le Huffington Post, il a par exemple dévoilé à Karine Le Marchand que l’épilation n’avait jamais été une option. "Parmi les personnalités qui m’inspirent, il y en a plusieurs qui ont la même caractéristique", déclarait-il ainsi fièrement, s’inscrivant dans la continuité d’une lignée d’hommes politiques poilus et valeureux.

Mais alors pourquoi, ô grand pourquoi, n’a-t-on jamais eu le plaisir de voir des hordes de fillonistes arborer l’attribut fétiche de leur candidat sur une paire de lunettes en plastoc ? Parce que même dans l’équipe de campagne de Fillon l’idée a fait désordre. Si certains étaient convaincus qu’elle pourrait booster l’image de leur champion, d’autres estimaient (à juste titre) que l’opération contribuerait à ridiculiser un homme dont la crédibilité était déjà pas mal entamée par les affaires à répétition. "Ce qui était de la simple autodérision a été jugé 'abaissant' et susceptible d’écorner sa présidentialité", explique le plus sérieusement du monde un membre de l’équipe au Point. Après "Rends l’argent", on a comme une petite envie de lui dire "Rends les lunettes".

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez le moindre indice sur la localisation de ce stock de goodies.

À voir aussi sur konbini :