Le jeu League of Legends devient une discipline sportive à l'université

Une université américaine intègre une nouvelle section à son cursus scolaire. Elle permettra à certains de ses étudiants de pratiquer une discipline inédite : le sport électronique, à travers le jeu League of Legends

league legends

Obtenir son diplôme, section sport électronique, option League of Legends, c'est désormais possible. Le célèbre jeu vidéo s'invite sur les bancs de la fac. L'université Robert Morris, située dans l'Illinois aux États-Unis, offre une place aux  jeux vidéo dans son programme athlétique.

Publicité

L'école a ouvert une unité d'enseignement dédiée aux "sports électroniques", soit la pratique régulière, sur Internet ou en LAN party, d'un jeu vidéo multijoueurs sur ordinateur ou console. Réservée aux meilleurs gamers, cette section leur permettra de suivre des cours d'e-sport, agrémentés d'entraînements au jeu League of Legends.

Grâce à cette nouvelle discipline, l'université souhaite créer sa propre équipe sur le jeu édité par Riot Games. Que les footballeurs et autres basketteurs prennent garde, ils pourraient ne plus être les seuls à traverser les couloirs de l'université en superstars prisées par toutes les filles. Et s'ils garderont quand même leurs fidèles cheerleaders, ils ne seront plus les seuls boursiers, fiertés de leur fac. Les sportifs électroniques débarquent.

Nous offrons des bourses à une grande variété d’intérêts, incluant les sports traditionnels tels que le football ou le basketball. Dans ce cas, pourquoi ne pas offrir de telles opportunités pour le jeu vidéo ?

Publicité

Comme l'indique le directeur du département sports Kurt Melcher au Daily Geek Show, son université accordera bel et bien un soutien financier pour la pratique du jeu vidéo. Une première pour un institut universitaire américain.

Une bourse de 19 000 $ à la clé

Les meilleurs joueurs de "LoL" pourront obtenir une bourse d'études, à hauteur de 19 000 dollars (environ 15 000 euros), soit la moitié des frais d'inscription et de logement. Une condition : faire partie de l'équipe qui représentera l'université lors de la Collegiate Star, une compétition vidéo-ludique très populaire aux États-Unis, où les lycées et les universités nord-américains s'affrontent. Pour l'édition 2013, 8,5 millions de personnes avaient suivi la compétition en ligne.

Il y aura peu d'élus : pour faire partie de l'équipe, il faudra prouver sa valeur parmi les 400 élèves qui ont déjà candidaté en seulement trois jours... autant dire que ce chiffre risque d'être fortement exponentiel. Parmi les candidats, l'université souhaite recruter 19 joueurs pour son cursus. Huit ou neuf d'entre eux feront partie de l'équipe universitaire qui disputera la Collegiate Star.

Publicité

League of Legends, un jeu qui cartonne

Les arènes de bataille en ligne multijoueurs (MOBA), qui associent jeu de stratégie en temps réel et jeu de rôle, réunissent un nombre impressionnant d'adeptes. En témoigne le succès de League of Legends, "le" MMO MOBA en free-to-play du moment.

En mars 2013, Riot Games, développeur et éditeur de LoL, dévoile des chiffres colossaux pour son jeu : cinq millions de connexions simultanées, et une moyenne d'un milliard d'heures jouées par mois à travers le monde. En octobre 2013, League of Legends compte 70 millions d'inscrits, dont 32 millions d'actifs. Début 2014, Riot Games annonce que le jeu réunit 67 millions de joueurs chaque mois, et jusqu'à 7,5 millions de joueurs simultanément.

Sans compter les tournois internationaux qui réunissent de nombreux professionnels, avec des spectateurs toujours plus nombreux. Parmi ces événements, le All Star 2014, qui s'est déroulé du 8 au 11 mai au Zénith de Paris :

Publicité

Au-delà de la ferveur qui entoure League of Legends, c'est la démocratisation du jeu vidéo à travers le sport électronique qui est à souligner. Le gaming continue sa marche en avant, et l'e-sport prend une place de plus en plus importante dans le monde du divertissement. 

Le sport électronique, et le phénomène LoL vont au-delà des frontières. En août 2013, Danny "Shiphtur" était devenu le premier "sportif électronique" à obtenir un visa d'athlète pour les États-Unis. Comment ? Grâce à son statut de joueur professionnel de League of Legends. Un visa normalement demandé par des sportifs traditionnels tels que des joueurs étrangers de la NBA ou de la NFL. Le jeu vidéo va bien. L'un des indicateurs de sa bonne santé : les revenus des joueurs professionnels.

Des salaires à six chiffres

Gagner sa vie en jouant aux jeux vidéo, plusieurs adolescents en ont rêvé. Sponsorisés par de grandes marques, les joueurs professionnels peuvent gagner énormément d'argent. Les meilleurs d'entre eux gagnent environ 650 000 euros par an, notamment grâce aux sponsors.

L'Espagnol Carlos "Ocelote" Rodriguez est un joueur professionnel de haut niveau sur le jeu League of Legends. Entre la vente de produits dérivés à son nom, son salaire, les gains collectés lors des victoires dans les tournois professionnels, les revenus publicitaires de ses vidéos de jeu et ceux générés par ses sponsors, le jeune Madrilène de 24 ans totalise des revenus annuels oscillant entre 600 et 700 000 euros.

Carlos "Ocelote" Rodriguez, jouant à League of Legends

Carlos "Ocelote" Rodriguez, jouant à League of Legends

L'un des plus célèbres joueurs professionnels, Johnathan Wendel, mieux connu sous le nom de "Fatal1ty", a lui amassé plus de 450 000 euros uniquement grâce aux compétitions professionnelles, et à ses multiples victoires à la Cyberathlete Professional League (CPL). Il est l'un des pionniers de la professionnalisation de la pratique du jeu vidéo.

Ces professionnels, comme les joueurs qui intègreront l'université Robert Morris, pratiquent l'e-sport. Mais ils sont considérés comme des joueurs et non des sportifs. Cependant, le sport électronique gagne rapidement en popularité en tant que discipline sportive à part entière. Et la démarche de l'université américaine tend à démocratiser cette discipline, en mettant les gamers au même niveau que les sportifs traditionnels. La frontière entre sport et jeu vidéo semble s'effacer peu à peu. Reste une vraie question : le jeu vidéo est-il un sport comme les autres ?

Par Rachid Majdoub, publié le 02/07/2014