Qu'est-ce que le Subtweet ?

 Un mélange d'agressivité, de gazouillis et de paranoïa : on vous présente et explique en profondeur les tenants et aboutissants du subtweet. Toi, là, sur Twitter, sens-toi visé. 

SubtweetUne insulte gratuite non assumée apparaît sur ta timeline, et l'impression d'en être la cible te prend à la gorge en même temps qu'un sentiment de frustration : celui d'être dans l'impossibilité de savoir si ledit tweet t'était vraiment destiné. Parce que ton nom n'apparaît pas dans ces 140k. C'est l'art du subtweet, une version 3.0 des insultes sous le préau. Ou comment rendre tes followers paranos.

Définition

Subtweet ? Entendez Subliminal Tweet. Une manière de s'adresser à une personne sur Twitter sans la mentionner directement, sans imposer d'interaction via le @, sans mention en somme. Du coup, le tweet marqué du hashtag #Subtweet indique que l'envoyeur est bel et bien en train de casser du sucre sur le dos d'une personne en particulier. Reste à savoir qui.

Si le subtweet est une attaque, toute personne qui se sent visée peut se demander si elle en est la cible, sans disposer d'aucun moyen pour le prouver. Du coup, si la victime décide de se retourner contre son agresseur en le mentionnant, il suffit simplement à ce dernier d'affirmer que "non mais meuf/mec, je parlais pas de toi hein" pour que la cible passe pour un paranoïaque. Subtile lâcheté.

Aussi, le sub peut se révéler beaucoup plus doux, parfois même bizarre de perversion quand il s'agit de dire du bien de quelqu'un. En fin de compte, le subtweet est un moyen de parler derrière le dos de quelqu'un tout en laissant la possibilité au destinataire de connaître le fond de cette pensée. Une manière de sous-assumer ses sentiments. J'appelle ça "parler devant le dos".

Les différents subtyles

En sillonnant la twittosphère, j'ai pu distinguer trois catégories de subtweets différents, que l'on classera par degré d'assumance, néologisme de mon cru. Et vu que le but premier de la pratique est de faire parler ou d'afficher ou d'énerver ses followers, moins les propos sont assumés, plus c'est cool.

  • #1 Le sub quand même un peu assumé :

Subtweet

Ici, il s'agit d'éviter l'interaction directe avec le destinataire en enlevant simplement le @ devant son pseudo. Dans cet exemple, "Kavin" s'en prend à une twitteuse (elle) en la comparant à une certaine "Juvsz", apparemment stupide, qui n'est pas mentionnée non plus. Double subtweet, mindfuck etc. Utilité proche de zéro; comme beaucoup de choses sur ce réseau social.

  • #2 Le sub à moitié assumé :

Subtweet

Cette fois, la prise de risque est amoindrie par la non-mention du nom du destinataire. En revanche, en apposant la signature #Subtweet, l'envoyeur précise qu'il s'adresse à un follower en particulier. Ici, "Syham Mal à Terre" exprime sa colère envers l'un de ses followers en lui souhaitant le triste sort de "marcher sur un lego". Le pauvre !

  • #3 Le sub mystère :

Subtweet

Là, c'est un peu l'acmé de la pratique : ni mention, ni hashtag #Subtweet. De l'art de foutre le bordel gratuitement, ou de faire pleurer la personne ciblée en l'empêchant de savoir si elle est bien concernée. Parce que si la "meuf" en question prend le risque de demander à la populaire "Cucuchi" si elle est la cible de cette déclaration, cela confirmera à ses followers qu'elle n'a effectivement pas pu payer le vestiaire au Social Club, et devra du coup se contenter de "garder la pêche". TROLAHONTEQUOI !

Solutions

  • Pour les adeptes du SubGame, la meilleure manière de se libérer du poids d'un subtweet sans s'afficher est de répondre par un autre subtweet (de préférence beaucoup plus violent). Comme l'a fait ce cher Thomazi.

lol

  • Pour ceux qui ne comprennent rien au subtweet, il suffit de le dire, afin de ne jamais rentrer dans ce jeu diabolique. En plus, ça vous donne un petit côté charmant-trentenaire-assumé contemplatif de la décadence de la nouvelle génération.

Subtweet

  • Dernière solution, qui pourrait s'avérer être la meilleure : penser à autre chose. Par exemple : manger.

Subtweet

Enfin, si vous cherchez quelqu'un à subtweeter à vos risques et barils, ou si comme le Père Latex vous n'avez toujours rien compris à cette pratique 3.0, je serais ravi de soulager vos besoins ici.

On vous conseille également :

Par Thomas De Ambrogi, publié le 28/02/2013