AccueilÉDITO

Le PS ressort l'idée d'un service militaire obligatoire

Publié le

par Théo Mercadier

À l'approche de la présidentielle de 2017, les plus gros cerveaux du Parti socialiste tentent de changer la donne en présentant des idées à la fois novatrices et populaires. Ou pas.

<em>"Sors de ta connerie sacré de bon Dieu, sinon moi je te dévisse la tête et j'te chie dans le cou !"</em> (extrait de <em>Full Metal Jacket.</em> © Warner Bros.))

On va finir par croire que nos politiques sont nostalgiques du XXe siècle. Alors que les électeurs de tous bords appellent à un renouveau des pratiques politiques et des idées, que le monde évolue à vitesse grand V et que les enfants nés en 2000 auront bientôt le droit de vote, on nous ressort le service militaire. Et obligatoire, s'il vous plaît ! Une annonce tombée au cours d'une conférence de presse dans laquelle le très inspiré secrétaire général du PS, Jean-Christophe Cambadélis, devait présenter une partie de ce que sera le programme du parti pour 2017.

"Toutes les conditions requises pas la loi pour rétablir la conscription semblent pour la première fois depuis 20 ans réunies." Et d'insister sur le fait que les moyens disponibles de l'armée pour faire face à la menace intérieure sont insuffisants, la création d'une garde nationale pour renforcer la protection du territoire serait donc nécessaire. Sauf que les moyens financiers de la France semblent tout aussi insuffisants pour jeter chaque année 800 000 nouveaux jeunes dans le doux monde du service militaire. En cause, la fermeture de nombreuses casernes depuis vingt ans, à mesure que l'armée s'est professionnalisée après la suspension du service national obligatoire, sous l'impulsion de Jacques Chirac, en 1996. On estime le coût de l'opération entre 3 et 5 milliards d'euros par ans. Une facture plutôt salée.

Oui, mon capichef !

Qu'est-ce qui pousse aujourd'hui le PS à remettre ça sur la table, au risque de se mettre à dos une bonne partie de la jeunesse française, qui préfère faire des études, voyager ou monter un plan de carrière plutôt que de passer un an à se mettre au garde-à-vous ? Jean-Christophe Cambadélis, qu'on adore, met en avant "la nouvelle donne géopolitique : le retour de la Russie, l'isolationnisme de Donald Trump, la montée du terrorisme". Pas sûr qu'adopter un discours aussi martial pour s'opposer à la Russie ou les États-Unis soit extrêmement prudent.

Lorsque la première conscription moderne a été mise en place en 1870 en France pour susciter un élan nationaliste contre les ennemis extérieurs, l'Europe glissait doucement sur une pente qui l'a menée, en fin de compte, à la Première Guerre mondiale. Alors que certains observateurs émettent aujourd'hui l'idée de la possibilité d'une Troisième Guerre mondiale, jouer la carte du tout militaire et jeter la France dans un engrenage guerrier est une stratégie aussi inquiétante que dangereuse.

Qu'en dit la droite ? Si plusieurs participants à la primaire étaient pour, François Fillon a affirmé son opposition au projet, jugeant qu'il "est impossible d’intégrer chaque année près de 800 000 jeunes sauf à casser une armée professionnalisée".

Mais alors quels sont les arguments en faveur d'un rétablissement du service militaire ? Nous apprendre l'école de la vie bien sûr ! "Les jeunes ne respectent plus rien", assène un auditeur de RMC particulièrement inspiré. Monsieur, je suis jeune et je vous emmerde.

PS :Jean-Christophe Cambadélis a fraudé pour ne pas faire son service militaire, merci au copain Pierre-Emmanuel Barré pour cette info croustillante :

À voir aussi sur konbini :