AccueilÉDITO

États-Unis : des cadettes de l'armée lèvent le poing, la polémique s'enclenche

Publié le

par Théo Chapuis

Des étudiantes noires de la prestigieuse académie militaire américaine de West Point ont posé sur une photo le poing levé. Il n'en fallait pas plus pour que le Web s'emballe et qu'une enquête interne soit ouverte à leur encontre. 

Seize jeunes recrues de l'académie militaire de West Point posent le poing levé (© DR)

Elles sont 16 femmes noires, jeunes et fières dans leur uniforme d'apparat, à poser face à l'objectif, sur les marches d'une des bâtisses les plus vieilles de la prestigieuse académie militaire de West Point (New York). Ce cliché est tout à fait semblable à ceux postés par les autres aspirants soldats : un hommage aux photos "old corps" de l'école militaire... Du moins aurait-ce été le cas si les jeunes cadettes n'avaient pas brandi le poing.

D'après le New York Times, l’académie militaire de West Point "a ouvert une enquête dès le 28 avril pour déterminer si les jeunes cadettes avaient violé le règlement de l’armée, qui stipule que les soldats ne doivent pas montrer leurs opinions politiques, en particulier lorsqu’ils portent l’uniforme".

Une enquête pour opinion politique ? Eh oui, comment ne pas penser aux athlètes américains médaillés en 1968, à Angela Davis ou même à Nelson Mandela ? Si en Europe le poing levé évoque le soutien ou l'appartenance à une mouvance politique de gauche, aux États-Unis, sa symbolique rappelle forcément celle des Black Panthers, coutumiers de ce signe de ralliement – et ceux qui se l'approprient, telle Beyoncé.

"S'il s'agissait de jeunes hommes blancs..."

Interrogée par le Guardian britannique, la lieutenant-colonel de l'armée de l'air à la retraite Rachel VanLandingham estime que West Point prend l'affaire trop à cœur :

"D'après moi, s'il s'agissait de jeunes hommes blancs dans leur uniforme de cadets, ou de footballeurs, ce n'aurait pas été un problème. Mais puisque ce sont des femmes noires..."

Postée sur Facebook et Twitter, cette photo a enflammé le débat, surtout dans une Amérique encore tout sauf apaisée sur la question raciale : certains y voient un ralliement certain à Black Lives Matter (mouvement citoyen de protestation contre les violences policières envers les Afro-Américains) et reprochent à ces femmes de nier l'égalité présumée de l'armée, d'exciter les tensions ethniques et – finalement – d'être racistes ; d'autres au contraire applaudissent ce geste de solidarité et de force, et se moquent de l'hypocrisie de leurs détracteurs. Voyez plutôt.

"Racisme à West Point : De jeunes cadettes font un salut choquant à West Point."

"Les jeunes femmes noires de West Point qui posent le poing levé en soutien du Black Power doivent être renvoyées de l'Académie. De tels actes doivent être interdits."

"Cette photo des jeunes femmes de West Point avec leurs poings levés ! Personne ne devrait être ciblé ou persécuté parce qu'il célèbre son identité !"

"D'après moi, cette photo est inoffensive. Elles manifestent leur fierté d'être diplômées de West Point. C'est quelque chose dont on peut clairement être fier."

70 % de Blancs à West Point

Toujours d'après le New York Times, West Point, qui forme l'élite militaire du pays, est composée d'hommes "à une écrasante majorité" et compte 70 % de Blancs. Mais ces jeunes femmes s'identifient-elles à Black Lives Matter ? Ce geste est-il politique ? Ou bien veulent-elles seulement montrer leur fierté d'être diplômées ? Leur fierté d'y parvenir dans un milieu si blanc et si masculin ?

Une chose est sûre, ces considérations inquiètent fortement l'armée américaine.

À voir aussi sur konbini :