AccueilÉDITO

Pour aider les réfugiés, le petit-fils de Miró vend les tableaux de son grand-père

Publié le

par Jeanne Pouget

© twitter culturebox

Le petit-fils du peintre catalan Joan Miró met au enchères ce jeudi 19 mai, 28 toiles de son illustre grand-père. L'intégralité des bénéfices sera reversée aux réfugiés.  

Propriétaire des œuvres de son grand-père, Joan Punyet Miró a confié à la maison Christie's de Londres le soin de vendre un lot de 28 œuvres du peintre surréaliste. Les bénéfices de la vente, estimés à 50 000 euros, seront ensuite intégralement reversés à la Croix-Rouge qui consacrera cette somme à l'aide aux réfugiés, rapporte Francetv info. Selon Joan Punyet Miró, c'est ce que son grand-père, décédé en 1983, aurait souhaité : "Je me considère comme l'exécutant de ces volontés et j'aspire à faire ce que lui-même aurait fait s'il était toujours vivant", a-t-il confié à l'AFP.

Les migrants syriens, miroirs des réfugiés espagnols d'hier

Il y a quatre-vingt ans tout juste, un demi-million d'Espagnols fuyaient la guerre civile dans leur pays en espérant trouver refuge en France. Un exode sans précédent pour le pays qu'a connu Joan Miró qui a lui-même fui le régime franquiste pour se réfugier à Paris entre 1936 et 1939.

Alors, pour son petit-fils, l'artiste n'aurait pu que se sentir farouchement concerné par la crise actuelle des migrants syriens :

"Miró a traversé beaucoup d'épreuves dans sa vie. Il a connu la faim, l'exil pendant la guerre civile espagnole, la Seconde Guerre mondiale et connaissait la désolation des camps de réfugiés [...] Il a toujours voulu aider les personnes défavorisées, les réfugiés et les exilés. S'il était toujours vivant, il considérerait que ce qui se passe aujourd'hui en Syrie pourrait arriver demain en Espagne", a déclaré Punyet Miró à l'AFP.

Difficile en effet de ne pas comparer l'histoire des deux pays, à moins d'un siècle d'écart, entre dictature, guerre civile, exil, accueil plus que mitigé dans des camps de réfugiés aux conditions d'hygiène déplorables et une opinion publique indignée... S'il est triste de constater que l'histoire se répète, le geste de Punyet Miró fait honneur à la mémoire de son grand-père, en rappelant le fabuleux pouvoir de l'art.

Migrants espagnols fuyant le régime de Franco et réclamant l'asile en France. (Capture d'écran France 2)

Migrants espagnols sur la route de l'exil en France pendant la guerre civile. (capture d'écran France 2)

À Lire -> À la rencontre des habitants de la "jungle de Calais", entre espoir et système D

À voir aussi sur konbini :