AccueilÉDITO

En France, le nombre de Musulmans est largement surestimé

Publié le

par Bérénice Rebufa

Une enquête, réalisée dans 40 pays par l'institut de sondage britannique Ipsos Mori, montre que nous nous trompons souvent sur le nombre de musulmans dans la population. La France est concernée.

(© Francisco Osorio/Flickr/CC)

On sait bien que les Français ont tendance à tout exagérer, mais pas à ce point... Une étude de l'institut de sondage britannique Ipsos Mori, intitulée "Les périls de la perception 2016", montre que les Européens sont souvent à coté de la plaque quand il s'agit de quantifier leur population ou de savoir ce qu'elle pense.

Réalisée dans 40 pays, cette enquête parue le 14 décembre oppose ce que pensent les gens à la réalité. La plus grosse source d'erreurs concerne la perception de la proportion des musulmans dans la population d'un pays. Et en première position du classement des pays qui se sont le plus gourés, on retrouve la France qui se trompe à hauteur de 23,5 %. Les Français estiment ainsi que 31 % de la population de l'Hexagone est de confession musulmane, alors qu'elle ne l'est qu'à hauteur de 7,5 %. Une surestimation qui pourrait être interprétée comme le reflet d'une islamophobie trop répandue.

En lisant l'étude, on se rend vite compte que nos voisins ne sont pas non plus dans le vrai : les Italiens (20% contre 3,7%), les Belges (23 % contre 7 %) et les Allemands (21 % contre 5 %) surestiment eux aussi largement la proportion des musulmans dans leur pays. Seuls les Turcs (81 % contre 98 %) et les Indonésiens (80 % contre 87,2%), deux peuples majoritairement musulmans, la sous-estiment.

Quand on interroge les habitants de ces mêmes pays sur l'avenir, c'est encore pire. À la question "Combien y aura-t-il de musulmans sur 100 personnes en 2020 ?", les Français répondent 40, soit quasiment la moitié de la population, alors que l'estimation de l'institut indique 8,3.

Pessimisme ambiant

Par ailleurs, quand les sondés sont interrogés sur le rejet de l'homosexualité dans leur pays, on obtient le même genre d'écarts entre perception et réalité. Quand on leur demande "Quelle est dans votre pays la part de personnes pensant que l'homosexualité est moralement inacceptable ?", les Français répondent 35 %, contre 14 % en réalité. Les réponses des Espagnols (34 % contre 6 %), des Italiens (41 % contre 19 %), des Allemands (33 % contre 8 %) et des Belges (29 % contre 7 %) sont également dans le faux.

Le pire reste la vision du bonheur : tous les sondés se trompent sur le nombre de gens heureux dans leur pays. Ceux qui sont le plus dans l'erreur sont les pays d'Asie. Les Coréens du Sud pensent notamment que seulement 24 % de leurs compatriotes sont vraiment heureux, alors que 90 % affirment l'être. Les plus proches de la réalité sont les Canadiens, qui estiment que 67 % des leurs sont heureux, contre 89 % en réalité.

De manière générale, pour tous les sujets abordés (la vision des rapports sexuels entre personnes non mariées, l'avortement, le nombre de personnes propriétaires, la population du pays...) le sondage révèle une méconnaissance des sondés sur leur pays et surtout un pessimisme global, comme si les gens préféraient toujours croire le pire...

À voir aussi sur konbini :