Le menocore, le look "ménopause chic", est le nouveau normcore

Le normcore (esthétique de la normalité) laisse sa place au menocore : un look confortable qu’une femme cool de 50 ans pourrait porter. C’est l’influent blog américain Man Repeller qui a mis un mot sur cette tendance que vous avez sûrement déjà spottée dans votre entourage, même chez les moins de 20 ans.

Il n’y a pas que les millennials dans la vie. Il y a aussi les femmes de 50 ans, nouvelles muses de la mode. À force de vivre de plus en plus vieux (merci les progrès de la médecine) et de voir des actrices hollywoodiennes irradier (merci la magie de la chirurgie esthétique), on se penche désormais sur les personnes plus âgées. Ainsi, une journaliste du blog très respecté Man Repeller met un mot sur une tendance qui prend de plus en place dans la rue et sur Instagram. Elle consiste à s’habiller comme une femme chic arrivant à l’âge de la ménopause, d’où son nom de "menocore".

Il s’agit de porter des vêtements confortables et fluides comme des pantalons larges, des tatanes, des caftans, des chemises, des bijoux de famille, des babouches, des paniers de marché, des robes portefeuille et même un bob pour chapeauter le tout avec style, coolitude et humour. Pour les couleurs ? Beaucoup de blanc et d’écru pour dénoter une certaine pureté et se fondre dans le décor (une plage de sable de fin, idéalement).

Old is gold

L’une des grandes égéries de cette esthétique très "New-Yorkaise cool" est Diane Keaton dans le film Tout peut arriver (2003). On la voit flirter avec Jack Nicholson en pantalon oversize blanc, tee-shirt immaculé et chapeau de couleur claire. Mais parmi les influenceuses de ce mouvement, il y a aussi Whoopi Goldberg, Blythe Danner, Lauren Hutton et toutes les héroïnes des films de Nancy Meyers. Man Repeller écrit :

C’est l’esthétique d’une femme d’âge mûr en vacances à la plage. Vous savez : beaucoup de lin, des lunettes de soleil minuscules, peut-être un chapeau bob, des tricots confortables, le tout super fluide…

Céramique et féminisme

Leandra Medine, fondatrice de Man Repeller, compare aussi ce look très relax et minimaliste à celui d'une "masseuse à la retraite". De nombreuses instagrameuses en sont les porte-étendards comme Lucia Zolea, Nella Beljan ou Virginia Calderón. Cette mode fait aussi un malheur en lifestyle, où les bols en céramique et porcelaine, les recettes à base de graines de chia et les draps en lin sont légion.

Man Repeller ne se penche pas sur les raisons de la popularité de ce look, évoquant vaguement le climat politique et sociétal incertain qui pourrait pousser à se retrancher vers des valeurs sûres. Mais plusieurs autres choses expliquent le phénomène : un engagement écolo (lutte contre la surconsommation du vêtement en s’en tenant à quelques basiques), l’importance du vintage, une fibre féministe ou encore la crise économique font de ce look facile et pratique à porter un incontournable.

La très bonne nouvelle dans ce look simple mais pas ennuyeux (c’est toute la nuance à trouver), c’est qu’il ne coûte pas un rein. Il ne nécessite ni logo ni achats de marques particulières – on peut aussi bien aller chez Zara que chez Dries Van Noten – et on peut piquer des pantalons larges et des chemises en lin dans le placard de sa mère ou de sa grand-mère pour être dans le coup à peu de frais.

Par Violaine Schutz, publié le 14/08/2017