AccueilÉDITO

"Seuls à la maison" : le "Loft Story des enfants" de France 4

Publié le

par Théo Chapuis

Huit personnes isolées dans une maison avec des caméras, ça vous rappelle quelque chose ? Imaginez la même chose, mais avec des enfants et vous aurez Seuls à la maison, diffusé ce jeudi 28 avril sur France 4.

Les kids de <em>Seuls à la maison</em> en proie à la perplexité devant la réalisation d'une omelette (© France Télévisions)

Et si la téléréalité devenait choupinette ? Quinze ans après ces grands gosses de Loana, Jean-Édouard et Steevy dans le séminal Loft Story, France 4 lance une téléréalité avec des enfants. Des vrais enfants, de 8 à 12 ans, que la chaîne de service public a recruté pour les isoler tous les huit dans une maison, sans aucun adulte à l'horizon – ou presque, puisque deux nounous "invisibles" assurent la sécurité ou aident les marmots, notamment à allumer les feux de cuisine.

Le nom de l'émission ? Seuls à la maison. Son objectif ? Observer les comportements des plus jeunes lorsqu'ils sont seuls. Voire, avec un peu d'ambition, proposer "une émission qui évoque les liens entre les parents et les enfants, qui peut provoquer des débats dans les familles", comme l'explique Tiphaine de Raguenel, directrice exécutive de France 4, à Télé Star.

Quatre jours durant, à raison de quatre heures par jour pour des raisons légales, ils vivent leur "première colocation, sans maman ni papa". Or les parents sont en fait "dans la maison d'à côté" avec une psychologue spécialiste des relations familiales et suivent le quotidien de leurs petites têtes blondes à travers des écrans.

Filles d'un côté, garçons de l'autre

Résultat ? Si l'on est loin des crêpages de chignons comme dans d'autres programmes avec lesquels la comparaison est forcément de mise, ces derniers s'entendant bien plutôt rapidement, on soupire de constater que les filles et les garçons se mélangent finalement très peu. Une distinction encore plus visible lors de la répartition des tâches ménagères, quand les filles font la cuisine tandis que les garçons se ruent sur la console de jeux vidéo.

La séparation par sexe offre quelques moments amusants, notamment lorsque vient le temps d'investir les chambres et de faire son lit ou de faire une omelette. "J'ai envie de montrer à mes parents que même si je suis plus petite qu'eux, je peux faire pareil qu'eux", déclare au cours du programme Hinata, 8 ans.

A l'heure du jugement, TéléObs parle d'une émission "plutôt bienveillante" mais s'interroge toutefois : "Jusqu'où ira-t-on ?". Télé Star se demande "si France 4 n'a pas ouvert la boîte de Pandore, et si d'autres chaînes ne nous offriront pas demain un Secret Story Kids...". L'Express, pour sa part, remarque les réactions de nombreux twittos qui relèvent "la maturité et l'autonomie des enfants, capables notamment de gérer un budget lorsqu'il s'agit d'aller faire des courses".

Téléréalité ou pas ?

Mission éducative remplie ? En tout cas, on est loin du terrifiant chaos de Sa Majesté des Mouches. D'ailleurs, d'après son producteur Mehdi Harbaoui, ce serait commettre une grave erreur que de confondre Seuls à la maison avec une bête téléréalité : "Pensez-vous qu'une émission de téléréalité pourrait être diffusée sur France Télévisions ?", s'exclame-t-il, effarouché, dans les colonnes de Télé Star. Or si sa définition est de suivre sur petit écran le quotidien de plusieurs participants et de lui donner une dimension feuilletonnante, on ne peut que lui donner tort.

En attendant, avec 343 000 personnes devant leur poste, la première soirée de Seuls à la maison n'a enregistré que 1,5 % de PDA. Peut mieux faire.

À voir aussi sur konbini :