AccueilÉDITO

Cette étude n'a révélé aucun lien entre téléphone portable et cancer du cerveau

Publié le

par Jeanne Pouget

Non Drew, tout ira bien (Crédit Image : Scream, 1996)

Des chercheurs australiens ont tenté d'établir une corrélation entre l'évolution du marché de la téléphonie mobile et le développement de cancers cérébraux sur une période de trente ans. Mais contrairement à certaines idées reçues, ils n'ont rien trouvé de probant. 

Non Drew, tout ira bien (Crédit Image : Scream, 1996)

Des chercheurs de l'Université de Sydney publient dans la revue The International Journal of Cancer Epidemiologyune étude comparant l'évolution des cancers cérébraux en Australie depuis 1982 avec l'essor de l'usage du téléphone portable depuis 1987, date du lancement de la téléphonie mobile dans le pays. Selon leurs conclusions, révélée dans les colonnes du Figarola fréquence des cancers du cerveau est en fait restée stable depuis trente ans. Le lien entre téléphones portables et cancers ne peut donc pas être établi, selon les épidémiologistes.

La prudence reste de mise

Pas la peine de se réjouir pour autant, ni de se raccrocher à son mobile. Si rien ne prouve que l'usage du téléphone portable provoque le cancer, rien ne prouve non plus qu'un excès de son utilisation ne soit pas, à la longue, néfaste sur la santé. Car dans ce domaine, de nombreuses recherches restent à mener.

Une expertise publiée en 2013 par l'Agence de sécurité sanitaire (ANSES) citée par Le Figaro estimait que les expositions environnementales de la population aux radiofréquences devraient être mieux documentées. Certains usagers associent plusieurs maux à l'utilisation de leur téléphone portable (migraine, troubles auditifs, picotements de la peau, clignements oculaires, pertes de mémoire, troubles de la concentration, bourdonnements d'oreilles...).

Les autorités sanitaires recommandent donc de faire preuve de prudence, notamment en faisant usage du kit mains libres, en limitant les plus jeunes à une exposition modérée ou encore en renforçant l'information sur le niveau des ondes émises.

À voir aussi sur konbini :