featuredImage

Après l'e-cigarette, on vous présente l'e-joint

Les fumeurs de cigarettes ont leur e-clope. Les amateurs de cannabis auront bientôt leur e-joint. Du moins si l'on en croit la société néerlandaise E-Njoint, qui annonce avoir inventé et conçu le premier joint électronique au monde.

Un E-Njoint, invention de la société du même nom

Un E-Njoint, invention de la société du même nom

Il fallait bien que quelqu'un l'invente un jour. Et logiquement, ce sont des Néerlandais qui l'ont fait. La société E-Njoint, basée au pays de la weed, a annoncé à travers un communiqué diffusé ce lundi 23 juin avoir inventé un nouveau dispositif d'e-cigarette.

Prenez une e-clope, remplissez là de liquide de cannabis et le tour est joué. Beaucoup en ont rêvé ; d'autres, plus à fond, se la sont joués experts en tentant de détourner une e-cigarette, en vain ; enfin, d'autres encore, se sont renseignés sur la Toile en espérant découvrir l'existence du produit miracle.

Cela aura mis du temps, mais le premier spliff électronique du monde est désormais en cours de déploiement dans toute l'Europe. Pour le moment, une première version jetable de cet accessoire est disponible.

Elle ne contient ni THC, ni tabac, ni nicotine et "est totalement inoffensive et conforme à la législation", selon l'entreprise, comme le rapporte Le Huffington Post. 10.000 de ces joints à saveurs de fruits sont quotidiennement produits par la société, et envoyés à travers l'Europe.

E-Njoint décrit ce produit comme "soft" :

À chaque bouffée qu'aspire son utilisateur, une feuille de cannabis verte s'allume à son extrémité et brille à travers le revêtement chromé. Il se décline en six arômes fruités.

Deux versions : cannabis et herbe

Deux autres versions devraient être commercialisées. Elle pourront "être fumées comme de véritables joints électroniques", toujours selon le communiqué de l'entreprise néerlandaise. L'e-joint fonctionnera comme une cigarette électronique classique. Il faudra le remplir de cannabis liquide dont la composition sera propre à chaque utilisateur, annonce E-Njoint.

La seconde version permettra aux amateurs de weed d'utiliser l'e-joint "vaporizer", qui leur permettra d'e-smoker le produit sous forme d'herbe. L'usager pourra alors remplir son e-joint avec son propre cannabis liquide, ou d'herbes sèches, selon ses goûts et ses envies.

Pour justifier cette innovation, le PDG de la société E-Njoint, Menno Contant, a déclaré :

Les Pays-Bas sont connus dans le monde entier pour leur attitude tolérante et libérale à l'égard des drogues douces. Le lancement de ce nouveau produit diffuse un message clair : tant que vous n'ennuyez ni n'agressez personne et restez dans les limites de la légalité, tout ira bien.

La société est par ailleurs en discussion avec un fournisseur de cannabis à vocation médicale.

Un e-joint bientôt en France ?

Ce produit devrait avoir du mal (ou du moins mettre beaucoup de temps) à arriver en France, tant la législation française est différente de sa voisine hollandaise. Pour cela, il faudrait que le cannabis soit dépénalisé voire légalisé. Dans l'Hexagone, le simple usage de cette drogue douce peut être puni d'une peine maximale d'un an d’emprisonnement ou d'une amende pouvant aller jusqu'à 3.750 euros.

La France fait pourtant partie des pays où le cannabis y est le plus consommé. Dans un rapport publié en septembre 2013, la MILDT (mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives) déclarait que "les jeunes Français sont en tête des consommations de cannabis au niveau européen". Dans notre pays, si 550.000 personnes en fument tous les jours, 13,8 millions de personnes en consomment occasionnellement. Parmi elles, 1,2 millions de Français fument au moins dix joints par mois. Toujours selon l'étude, à 17 ans, 41,5% des Français ont déjà essayé le cannabis. 6,5% en font même un "usage régulier".

La France est donc un pays où cet e-joint pourrait susciter une forte attente. Mais tant que le cannabis ne sera pas dépénalisé ou légalisé, cela reste fort probable qu'un tel produit franchisse la frontière néerlandaise pour aller plus au sud. Même si le débat autour de la question du cannabis existe au sein de notre gouvernement. À noter que la plupart des Français sont opposés à la légalisation de cette drogue douce.

Par Rachid Majdoub, publié le 23/06/2014

Copié