Le Grand Journal ne reviendra pas à la rentrée

Selon les informations du Point, le Grand Journal de Canal+ ferait les frais de sa mauvaise courbe d'audience et des envies de changement de Vincent Bolloré.

an-2062-diaporama

Antoine de Caunes était l'animateur du Grand Journal depuis la rentrée 2013.

La fin de semaine avait des allures de tragédie grecque dans les couloirs de Canal+. Après le comité d'entreprise, tenu vendredi 3 juillet, une série de coups de théâtre a secoué les locaux de la chaîne cryptée: les Guignols de l'Info résistent à leur nouveau patron (même si, relate Télérama, l'émission pourrait bien se muer en rendez-vous hebdomadaire); le numéro 2 de la chaîne, Rodolphe Belmer, se fait lourder dans l'après-midi et remplacer dans la foulée par Maxime Saada et, pour parachever ce Kill Bill médiatique, c'est le Grand Journal qu'on assassine!

Publicité

Selon les informations du Point, l'émission créée et produite par Renaud le Van Kim depuis 2004, vaisseau-amiral de la chaîne, ne reviendra pas l'année prochaine, le coût de l'émission (120.000 euros par jour) étant trop élevé comparativement aux audiences réalisées. Depuis le départ de Michel Denisot et l'occupation du siège d'animateur par Antoine de Caunes, l'émission a en effet constamment perdu des téléspectateurs, réunissant moins d'un million (et parfois moins de 900.000) d'entre eux chaque soir alors qu'ils étaient encore 1,2 millions à la suivre quotidiennement il y a deux ans. Une décision qui intervient alors que le contrat de renouvellement entre Canal+ et KM, la société de Renaud le Van Kim, a déjà été signé pour la saison prochaine, comme le détaille Le Monde.

Se défaire du Grand Journal est donc une façon, pour Vincent Bolloré, de faire tourner sa chaîne à moindre coût avec une émission moins onéreuse à produire, tout en secouant les responsables de la chaîne dont Rodolphe Belmer, accusé d'attentisme par l'homme d'affaires face à l'érosion des audiences sur la tranche horaire du soir. Aujourd'hui le message est clair: si une émission perd de l'audience, elle sera remplacée.

Et au rayon des commérages, Ozap (citant une information de Pure Médias, à qui l'on devait déjà la "disparition" des Guignols) révèle que le nouveau patron aurait un faible pour Maïtena Biraben, capable selon lui de remettre de l'ordre dans la case 19-20h et y faire à nouveau régner Canal+. Deux mois avant la rentrée des programmes, la nouvelle grille de Canal+ est encore loin d'être déterminée.

Publicité

Par Thibault Prévost, publié le 03/07/2015

Copié

Pour vous :