Le Gorafi diffuse son premier sujet vidéo

Mardi 21 janvier, deux responsables éditoriaux du Gorafi ont révélé leur identité pour la toute première fois au grand public. Invités sur le plateau du Grand Journal de Canal+, les deux créateurs du site humoristique Pablo Mira et Sébastien Liebus (parfois habilement dissimulés sous le pseudonyme de Jean-François Buissière, "président du directoire de Gorafi News Network") ont répondu aux questions d'Antoine de Caunes.

L'animateur est revenu avec les deux hommes sur la création du site d'actualité satirique et la teneur de ses (fausses) informations. Mais plus qu'une simple interview, Mira et Liebus ont été des hôtes particulièrement choyés... et leur venue très préparée. En bas de l'écran, un bandeau semblable à celui des chaînes d'information en continu défilait, égrenant un fil de news issues du Gorafi.

Une première apparition TV bien préparée

Aussi, des journalistes de Canal+ se sont rendus à l'Assemblée nationale afin de faire réagir les députés à une info publiée le matin même par le site : "Selon le MEDEF, les salariés devront travailler un mois de plus s'ils veulent toucher leur 13e mois". Évidemment, de nombreux élus trop partisans sont tombés dans le panneau, tel Olivier Falorni, député divers gauche de Charente-Maritime, qui a alors déclaré : "On est dans une société qui, j'ai l'impression, veut reculer sur tout une série d'acquis". Malek Boutih, élu socialiste, a estimé que le Medef prouvait par cette proposition qu'il avait été "pris au dépourvu par l'offensive de Hollande". Il y a jusqu'à Noël Mamère pour s'insurger et affirmer que cette mesure provoquerait la fin du treizième mois.

Publicité

Mieux encore, Canal+ a voulu marquer le coup en faisant de leur passage en télévision l'occasion de diffuser un sujet vidéo inédit signé Le Gorafi. Passé maître dans l'art de raconter une histoire absurde à l'écrit, le site poil à gratter du journalisme édite là son tout premier reportage.

Il est adapté d'un article du Gorafi intitulé "Trop souriant dans le métro, il finit en garde à vue" et se regarde ci-dessous.

Publicité

Les très sérieux éditorialistes Natacha Polony et Christophe Barbier étaient là eux aussi. Amusés, voire potaches, ils ont sorti la brosse à reluire pour exprimer leur amour du Gorafi. Comme une sorte d'adoubement officiel du journalisme grave et sérieux (avec une écharpe rouge autour du cou s'il vous plaît) au pastiche de journalisme dépeignant parfois mieux notre société que les "vrais" médias eux-mêmes.

Par Théo Chapuis, publié le 22/01/2014

Copié

Pour vous :