AccueilÉDITO

Le Chili veut légaliser le mariage et l’adoption pour les couples du même sexe

Publié le

par Mélissa Perraudeau

@https://www.facebook.com/igualeschile/photos/a.1410172259072375.1073742008.111952902227657/1410172962405638/?type=3&theater

Un projet de loi autorisant le mariage entre personnes du même sexe et l’adoption pour ces couples a été signé par la présidente chilienne et soumis au Congrès.

Le 28 août a marqué une nouvelle avancée pour le Chili, une semaine après que sa Cour constitutionnelle a autorisé l’avortement en cas de viol, si la vie de la femme enceinte est en danger ou que le fœtus n’est pas viable. La présidente du pays Michelle Bachelet a soumis au Congrès un projet de loi visant à légaliser le mariage pour tous et étendre les droits des personnes homosexuelles, leur permettant d’adopter des enfants.

Ne plus "laisser de vieux préjugés être plus forts que l’amour"

Comme The Independent le rapporte, le Congrès chilien avait légalisé l’union civile entre personnes du même sexe en 2015, après avoir décriminalisé les rapports sexuels homosexuels en 1999. En Amérique latine, le mariage pour tous est déjà autorisé en Argentine, Uruguay, Colombie, au Brésil et dans certaines parties du Mexique. Et pour Michelle Bachelet, il est temps que le Chili vienne allonger la liste. Lors de la cérémonie pendant laquelle la présidente a signé le projet de loi, elle a expliqué, comme le Figaro le rapporte :

"Nous faisons cela avec la certitude qu’il n’est ni éthique, ni juste de poser des barrières artificielles à l’amour, pas plus que de nier des droits essentiels juste à cause du sexe des personnes en couple."

Pour Michelle Bachelet, le pays ne peut en effet "laisser de vieux préjugés être plus forts que l’amour". Et si The Independent remarque qu’il lui sera difficile de faire approuver le projet par le Congrès avant la fin de son mandat en 2018, les militants pour les droits LGBTQ+ saluent le projet. Le fondateur de la fondation Iguales, Luis Larrain, considère que "c’est le début de la fin de la discrimination basée sur l’orientation sexuelle pour accéder au mariage".

À voir aussi sur konbini :