AccueilÉDITO

Le cannabis désormais légal à Washington

Publié le

par Théo Chapuis

Grâce à un référendum, la consommation de canabis (mais pas sa vente) est autorisée à Washington D.C. Les élus conservateurs veulent l'empêcher coûte que coûte.

La marijuana, désormais acceptée au sein de la capitale des Etats-Unis (Crédits image : Thierry Ehrmann)

Les États-Unis ont entamé une nouvelle phase d'expérimentation de la légalisation du cannabis. Alors que l'Alaska devenait le troisième Etat américain à l'autoriser en début de semaine, la consommation de cannabis à des fins récréatives est désormais légale à Washington D.C après avoir été largement approuvée par la population de la capitale américaine lors d’un référendum. Elle est entrée en vigueur mercredi soir à minuit, ou jeudi à 6 heures, heure française.

Alors que dit la loi désormais ? Les individus majeurs peuvent posséder jusqu'à 60 grammes de cannabis chez eux - de quoi confectionner quelque 80 cigarettes, semblent savoir ces petits cachottiers de l'AFP, cités par Libération.

Autorisée : la vente du "hardware", c'est-à-dire les pipes, pipes à eau ou encore papier à rouler. Non autorisée : la vente ou l'achat du "software", soit le cannabis. Eh oui, pour fumer un joint à Washington D.C, contrairement au Nevada ou au Colorado, il va falloir le faire pousser vous-même. Le motto lié à cette réglementation est le suivant : "Fumé à la maison, cultivé à la maison".

Bras de fer politique

Comme on pouvait s'y attendre, cette décision libertarienne de la mairie de Washington suscite une violente offensive menée par les conservateurs dans les médias et dans l'arène politique. Des membres du Congrès cherchent à bloquer cette autorisation de consommer du cannabis. En fait, il est difficile de comparer cette nouvelle autorisation à celle des autres États qui autorisent le cannabis : comme le rappelle l'AFP, le District de Columbia n’est pas un Etat.

Et la loi fédérale, qui s'applique à tous les Etats, interdit toutes les drogues, du cannabis au crack. En suivant une stricte application de la loi fédérale, le bras armé des autorités peut alors arrêter tout individu pour détention ou consommation de cannabis sur un terrain fédéral, comme un monument ou un parc national – qui sont légion dans la capitale de l'Union.

Jason Chaffetz, élu républicain de l'Utah et membre du Tea Party, a déclaré mardi au Washington Post que si la nouvelle réglementations était mise en place, "vous le ferez en sachant pertinemment que vous violez la loi". Il a carrément menacé la maire Muriel Bowser (démocrate) d'un avenir sous les barreaux si elle appliquait cette nouvelle législation.

Plus de la moitié des Américains pour la légalisation ?

Pays de la prohibition et la "War on drugs", les États-Unis font un surprenant volte-face depuis le début de l'administration Obama sur la fumée verte. Aujourd'hui, 51% des Américains sont en faveur de la légalisation du cannabis selon un sondage Gallup d’octobre. L'AFP précise que les militants pro-cannabis voient Washington D.C, capitale du pays, comme une étape importante dans la fin de la prohibition aux Etats-Unis.

Le gouvernement Obama, justement, plaide que Washington doit pouvoir gérer ses propres affaires, quel que soit son statut au regard de la loi fédérale. Robert Capecchi, du Marijuana Policy Project, répondait à la levée de bouclier en ces termes :

Si le président peut brasser sa propre bière à la Maison Blanche, les adultes doivent pouvoir cultiver et consommer chez eux une substance moins dangereuse.

Seems legit.

À voir aussi sur konbini :