Laverne Cox, première transsexuelle en Une du Time Magazine

Cette semaine, le Time Magazine fait de sa Une un moment historique. Pour la première fois depuis sa création en 1923, le prestigieux hebdomadaire américain, connu pour ses couvertures mémorables, met à l'honneur une personnalité transgenre : l'actrice Laverne Cox. Une "icône improbable", comme la décrit le Time.

Laverne Cox, première transsexuelle en couverture du Time Magazine.

Laverne Cox, première transsexuelle en couverture du Time Magazine.

Héroïne de la série à succès de Netflix Orange is the New Black, dans laquelle elle incarne le personnage de Sophie Berset, Laverne Cox est au fil du temps devenue un véritable porte-parole de la communauté transsexuelle aux États-Unis. Elle est notamment connue pour ses apparitions dans les universités américaines au cours desquelles elle clame son poignant discours intitulé “Ain’t I A Woman: My Journey to Womanhood". ” Et, il y a quelques jours, elle annonçait travailler sur un documentaire au sujet des adolescents transsexuels.

Publicité

Le célèbre Time Magazine rend aujourd'hui hommage aux actions de l'actrice, en l'affichant en couverture de son prochain numéro. Il lui rend également hommage en la qualifiant de "leader du mouvement trans", car, grâce à elle, la question des droits des transsexuels est plus que jamais sous le feu des projecteurs aux États-Unis. Des propos que Laverne Cox, humble, a tenu à nuancer sur sa page Facebook“Je réalise que [cette couverture] dépasse ma personne. […] Elle est pour tous les frères et sœurs trans [...]"

Le sexe ne définit pas la personne

Dans l'interview qui lui est réservée au sein du magazine, qui sortira le 9 juin mais dont quelques extraits sont d'ores et déjà disponibles en ligne, Laverne Cox revient sur son enfance, et relate les difficultés de grandir en tant que personne transsexuelle. Elle se souvient notamment du moment où elle s'est sentie pour la première fois être une fille, et non pas un garçon :

Mon instituteur de CE2 a appelé ma mère et lui a dit : "Votre fils finira en robe à la Nouvelle-Orléans." Jusque-là je pensais juste que j’étais une fille et qu’il n’y avait pas de différence entre filles et garçons. Je crois que j’imaginais qu’à la puberté j’allais simplement me transformer en fille.

Publicité

Surtout, au cours de cet entretien, l'actrice insiste sur le droit de déterminer soi-même son identité sexuelle, pointant du doigt le fait que le sexe ne définit en rien l'individu. Et que les mentalités devraient changer :

Les gens veulent croire que les parties génitales et la biologie déterminent votre destin ! Toutes ces désignations sont basées sur un pénis – peu importe la taille qu'il a – et sur un vagin. Ces deux facteurs sont censés définir ce que les gens sont. C'est ridicule.

Les gens doivent être prêts à chasser de leur esprit ce qu'ils pensent savoir au sujet de ce que signifie être un homme, ou être une femme. Car cela ne veut pas nécessairement signifier quelque chose de fondamental.

Publicité

Par Naomi Clément, publié le 30/05/2014

Pour vous :