AccueilÉDITO

Laurence Haïm quitte la politique pour devenir… journaliste

Publié le

par Théo Mercadier

Journaliste, puis porte-parole, puis journaliste : Laurence Haïm fait du yoyo.

Bonne route ! Après six mois en demi-teinte dans les rangs d’En marche !, Laurence Haïm a décidé de voler de ses propres ailes. "Mission réussie !", annonce-t-elle sur Twitter, avec une vidéo de son (magnifique) bureau complètement vide.

Et maintenant ? Retour au journalisme pour celle qui déclarait pourtant avoir définitivement tourné la page : "J’ai pratiqué le journalisme avec passion pendant vingt ans, et à un moment donné, j’ai eu envie de changer de vie, déclarait-elle en janvier sur BFM TV. Je sais que ça peut paraître un peu bizarre de vouloir changer de vie. J’ai vraiment eu envie de m’engager de manière citoyenne et de ne plus être journaliste." Mais ça, c’était avant.

Autre temps, autre son de cloche : expliquant son départ de LREM à Pure Médias, elle dit vouloir désormais renouer avec sa profession d’avant. "Je crois que c’est une passion, le journalisme, on ne la perd pas. Il y a eu un temps pour la campagne, il y a maintenant un temps pour la gouvernance." Gouvernance à laquelle elle n’a pas été conviée, puisqu’elle ne fait pas partie de l’équipe de communication de l’Élysée. Et si le flou règne encore sur le média pour lequel elle officiera à l’avenir, sa bio Twitter, elle, affiche bien "journaliste".

Fini la politique

Mais au fait, ce n’est pas un peu gênant ces allers-retours entre le monde médiatique et le monde politique ? La connivence, tout ça… "Mon expérience de l’autre côté ne peut pas remettre en question mes longues années dans le journalisme", assène-t-elle sans détour sur Europe 1.

Fini la politique pour celle qui n’y avait de toute façon pas vraiment pris goût. Ses rares apparitions sur les plateaux en tant que porte-parole d’Emmanuel Macron n’ont pas convaincu, loin de là, et l’ex-journaliste de feu iTÉLÉ s’était ensuite fait (très) discrète durant le reste de la campagne. Pas plus mal parce qu’entre platitudes convenues sur le "french Obama" et Macron-mania débridée, ses interventions n’atteignaient globalement pas des sommets d’éloquence.

Bon, on rappelle tout de même que c’est l’équipe de Fillon qui se cache derrière Ridicule TV, mais cette séquence est plus que collector :

À voir aussi sur konbini :