AccueilÉDITO

L'ancien leader du Ku Klux Klan, nouveau soutien encombrant de Marine Le Pen

Publié le

par Astrid Van Laer

Mardi 22 février, David Duke, l'ancien chef du Ku Klux Klan, l'organisation suprémaciste blanche américaine, a publié deux tweets élogieux à l'égard de Marine Le Pen. De quoi sacrément entacher la volonté de la candidate à l'élection présidentielle d'effacer des esprits les sorties négationnistes de son père Jean-Marie.

Le premier tweet posté par David Duke est un photomontage représentant la présidente du Front national en Jeanne d'Arc, figure de la libération de la France. À l'instar de celles de Jaurès ou du général De Gaulle, l'évocation de cette figure est disputée. Le Front national a néanmoins réussi à s'imposer dans cette forme de prise d'otage, notamment depuis la création en 2010 du micro-parti Jeanne et le désormais célèbre et très comique appel au secours de Jean-Marie Le Pen du 1er mai 2015 :

L'actrice Brigitte Bardot avait d'ailleurs elle aussi comparé l'eurodéputée d'extrême droite à la pucelle d'Orléans, déclarant à Paris Match : "Je souhaite qu'elle sauve la France, elle est la Jeanne d'Arc du XXIe siècle !" En 2015, Sarah Palin avait pour sa part comparé sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen, à Jeanne d'Arc.

Le 22 février, David Duke a également rendu hommage à Jean-Marie Le Pen dans un second tweet :

"Son père est un grand homme, un vrai patriote. Il a élevé une femme intelligente et forte qui sait comment faire de la politique au XXIe siècle"

Quelques jours plus tôt, le 18 février, il avait déjà tweeté un dessin représentant Marine Le Pen en Pepe, mascotte de l'extrême droite américaine, avec la légende suivante :

"Marine Le Pen pourrait faire exploser l'Union européenne, et la peur commence à se voir."

Un bâton dans les roues de la dédiabolisation

Adepte de la théorie du grand remplacement, raciste, antisémite, suprémaciste... David Duke, c'est un gars sympa, quoi. Et à deux mois de l'élection présidentielle, ça la fout mal. Même si ce soutien inopiné n'engage que lui, Marine Le Pen n'ayant pas réagi pour l'instant, il est tout de même très dommageable pour l'image de la candidate qu'elle ne se désolidarise pas publiquement de ce rapprochement idéologique sous-entendu par cette série de tweets.

Ces messages rappellent les propos de l'ancien chef du KKK, lors de l'élection américaine où il avait appelé à voter Donald Trump"Voter contre Trump, c'est trahir votre héritage." Le candidat républicain avait d'abord indiqué ne pas connaître David Duke, avant d'être forcé de prendre publiquement ses distances avec le suprémaciste.

On rappelle qu'en août 2015,  Marine Le Pen n'avait pas hésité à exclure son père du Front national, parti qu'il avait contribué à fonder, après qu'il avait déclenché une polémique en qualifiant de "détails" les chambres à gaz des camps d'extermination nazis. On imagine donc que même si elle n'a pas encore réagi à l'heure actuelle, ses équipes de communication vont très rapidement devoir le faire afin qu'on ne pense pas qu'elle adhère aux positions d'un raciste, suprémaciste et antisémite, ce qui réduirait à néant tout le travail de dédiabolisation effectué depuis des mois.

À voir aussi sur konbini :