L’Allemagne devient le premier pays européen à reconnaître un troisième sexe

C’est un grand pas en avant pour toutes les personnes intersexes et transgenres.

La mannequin intersexe Hanne Gaby Odiele a beaucoup œuvré pour une meilleure reconnaissance des intersexes. (Via Instagram)

En octobre, la Californie devenait le premier État américain à reconnaître officiellement un troisième genre sur ses documents officiels. Ce sera désormais également le cas en Allemagne, où le Tribunal constitutionnel de Karlsruhe a jugé qu’il devait être obligatoire qu’un troisième genre soit proposé sur les certificats de naissance, le 8 novembre.

Publicité

D’après cette cour, il serait "anticonstitutionnel de ne pas proposer ce choix". Une fois la loi modifiée, l’Allemagne deviendra ainsi le premier pays européen à autoriser une identité non-binaire sur ses documents officiels. Cette mesure s’adresse autant à ceux qui ne s’identifient ni comme homme ni comme femme, qu’à ceux qui sont nés avec des organes génitaux ni masculins ni féminins.

En 2013, l’Allemagne avait déjà autorisé les parents d’enfants intersexes à ne pas cocher la case du sexe sur les certificats de naissance. "Intersexe" est un terme général utilisé "pour une pluralité de cas dans lesquels une personne naît avec une anatomie sexuelle ou reproductive qui ne rentre pas dans la définition typique de l’homme ou de la femme", nous explique l’Intersex Society of North America. La définition que nous venons de citer donne en outre quelques exemples :

"Il est par exemple possible qu’un enfant naisse en ayant un aspect extérieur féminin, mais en ayant une anatomie masculine à l’intérieur.

Ou une personne peut naître avec des organes génitaux qui sont entre les types masculins et féminins. Une femme peut par exemple naître avec un clitoris particulièrement important ou sans ouverture vaginale, un homme peut naître avec un pénis particulièrement petit ou avec un scrotum qui se divise de telle façon qu’il ressemble à des grandes lèvres.

Ou une personne peut naître avec des gènes 'mosaïques', de sorte que certaines de ses cellules ont des chromosomes XX tandis que d’autres ont des chromosomes XY."

Publicité

Voilà qui devrait clouer le bec à tous les ignorants qui expliquent qu’il s’agit là d’une absurdité des temps modernes et que tout le monde naît homme ou femme. D’ailleurs, le jugement du Tribunal constitutionnel allemand porte sur le cas d’une personne intersexe qui, sur le plan chromosomique, n’est ni homme ni femme.

Les personnes transgenres aussi se réjouissent de cette décision – qui leur permettra ainsi d’éviter de nombreux inconforts liés à la différence entre leur apparence physique et le sexe notifié sur leurs documents d’identité. Le Tribunal constitutionnel a donné aux législateurs jusqu’au 31 décembre 2018 pour modifier la loi.

À lire -> Quand Grazia efface les cheveux de Lupita Nyong’o de sa une

Publicité

Par Justina Bakutyte, publié le 13/11/2017

Pour vous :