AccueilÉDITO

Pour Stephen Hawking, le Brexit est le signe d'une époque "périlleuse" pour l'humanité

Publié le

par Lydia Morrish

Stephen Hawking dans l’émission Last Week Tonight with John Oliver.

Le célèbre physicien anglais a publié un texte dans le journal The Guardian où il prédit un futur inquiétant à l’humanité si elle ne revoit pas ses priorités.

Stephen Hawking dans l'émission Last Week Tonight with John Oliver.

Après avoir déclaré que le Brexit allait être "un désastre pour la science britannique" lors de la campagne du référendum, Stephen Hawking s’exprime pour la première fois depuis les résultats du vote.

Refusant d’aborder les choses sous l’angle de la critique et du regret, le scientifique appelle les gens, dans une tribune publiée par le Guardian, à reconsidérer leurs valeurs, particulièrement concernant la richesse.

"La connaissance et l’expérience ne sont-elles pas plus importantes que l’argent ? Est-ce que les biens matériels peuvent nous empêcher de nous accomplir ? Est-ce qu’on peut posséder quoi que ce soit ? Ou sommes-nous juste des propriétaires provisoires ?", interroge-t-il.

Stephen Hawking comment l’argent, du fait de son handicap, l'a "aidé à rendre sa carrière possible, mais aussi à rester en vie", mais il ajoute qu’il le voit comme un moyen et non comme une fin. Ajoutant que s’il est libérateur pour certains, l'argent peut aussi être néfaste.

Énumérant toutes les raisons pour lesquelles nous vivons une époque qu’il qualifie de "périlleuse", il appelle l’humanité en général et l'Angleterre en particulier à "collaborer" pour s’assurer de la survie de la race humaine :

"On voit de plus en plus de cultures qui choisissent de se baser sur une définition limitée de la richesse et qui ne la partagent pas, ni à l’intérieur de leurs frontières, ni à l’extérieur. Si nous échouons à changer cela, alors, comme toutes les forces mobilisées pour le Brexit, la jalousie et l’isolationnisme vont se renforcer. Pas seulement au Royaume-Uni, mais partout dans le monde."

Traduit de l'anglais par Sophie Janinet

À voir aussi sur konbini :