AccueilÉDITO

Les nouveaux députés font leur rentrée sous le soleil de l'Assemblée

Publié le

par Virginie Cresci

Rentrée des classes politiques : cette semaine, les 148 députés réélus et les 429 petits nouveaux ont fait leur (r)entrée à l’Assemblée nationale. Uniforme, chamailleries et découvertes : décryptage.

Cette semaine, les 429 nouveaux députés et les 148 réélus font leur (r)entrée sur les bancs de l’Assemblée nationale. Mardi 20 juin, les députés de la France insoumise ont fait du bruit, accompagnés de leur leader, Jean-Luc Mélenchon. Le Front national, lui a fait son entrée aujourd'hui, sous la chaleur écrasante de cette canicule. Les députés de La République en marche se sont précipités au Palais Bourbon, malgré la consigne qui leur avait été donnée de ne pas y aller tous en même temps, comme le raconte Libération. Tenue correcte exigée, appréhension des journalistes et premières querelles : retour sur cette semaine de rentrée des classes, qui nous rappelle de doux souvenirs de septembre.

Quand t’as oublié ton uniforme

À l’Assemblée nationale, il y a un dress code de rigueur et la cravate est obligatoire. Ces messieurs nouvellement députés se voient donc obligés d’adopter ce petit bout de tissu si symbolique. Peu habitué à porter la cravate, Alexis Corbière s’est fait aider par Jean-Luc Mélenchon. Même si cette obligation n’est pas inscrite dans le règlement de l’Assemblée, un compte rendu d’une réunion de 2008 préconise "le port obligatoire de la cravate dans l’hémicycle", afin que les députés aient "en toutes circonstances une tenue respectueuse des lieux".

Même François Ruffin, qui a plutôt l’habitude de porter des T-shirts "Bernard Arnault" ou "Bolloré", est donc bien obligé de la porter. Mais le réalisateur de Merci Patron ! en portera une "avec des motifs de Lafleur la marionnette amiénoise, ce personnage qui a pour fonction de botter le cul aux notables", a expliqué l’élu d’Amiens au Huffington Post. Comme quoi, même obligés de porter l’uniforme, certains arrivent toujours à se différencier.

Quand tu tacles l’autre classe dès la rentrée

La guerre des gangs a lieu partout. De la cour de récréation aux jardins du Parlais Bourbon, la rentrée est l’occasion de tacler son adversaire et d’instaurer, dès le départ, un rapport de force. C’est ce qu’a fait Jean-Luc Mélenchon en cette journée ensoleillée. "J’ai vu le matheux, je vais lui expliquer le contrat de travail", a balancé celui qui vient d’être élu député pour la première fois, au sujet de Cédric Villani, célèbre mathématicien élu député de La République en marche (LREM). L’intéressé lui a répondu sur Twitter, sans cacher son ironie. L’ambiance à venir est annoncée.

Classe découverte : le système médiatique

Ceux qui n’avaient jamais parcouru les couloirs l’Assemblée nationale (à part pendant la Journée du patrimoine) y ont rencontré une espèce qu’ils n’avaient jusqu’alors que très peu côtoyée : les journalistes. Ils étaient présents en nombre ce mardi matin, et certains élus ne savaient pas vraiment comment les appréhender. "Il va peut-être me falloir un deuxième portable, non ?", s’est inquiété Jean-Noël Barrot, député LREM des Yvelines auprès de la journaliste de Libération qui couvrait l’événement. Le nouveau député était visiblement inquiet d’avoir donné son 07 à tous les journalistes qui le lui avaient demandé.

Quand tous tes potes ont été virés du lycée

Luc Carvounas s’est dit "ému" de retourner à l’Assemblée nationale. Et pour cause, le sénateur-maire socialiste d’Alfortville est l’un des rares résistants qui n’a pas subi la raclée infligée à son parti par La République en marche. Avec seulement 29 députés, le groupe parlementaire du Parti socialiste a rétréci comme peau de chagrin et Carvounas se sent un peu seul, à la gauche de la classe.

Les petits nouveaux contents d’être là

En première ligne ce mardi, la France insoumise et ses 17 députés, pour le moins heureux de faire leur entrée à l’Assemblée nationale. "N’en faites qu’à votre tête", leur a dit leur leader Jean-Luc Mélenchon. Clémentine Autain et François Ruffin se sont d’abord assis sur un poteau, avant d’aller trouver leur nouveau siège de velours rouge.

Celui qui vient de loin

Le député polynésien Moetai Brotherson a débarqué au Palais Bourbon en sandales, short et chemise à fleurs – une tenue qui contraste avec les costumes et cravates de ses nouveaux camarades de l’Assemblée. Le leader autonomiste s’est fait remarquer : il ne lui reste plus qu’à se présenter.

Le carnet de vie scolaire de l’Assemblée nationale

Les nouveaux députés ont reçu leur pass (pratique pour la cantine).

Gadgets : la mallette et la cocarde

Dans la fameuse mallette magique que reçoit chaque député, on trouve le règlement interne, une écharpe tricolore et une cocarde (à arborer pour les cérémonies). Elle a l’air d’en amuser certains, étonnés devant cet objet vieux comme l’Assemblée.

Quand t’es vraiment pas content du plan de classe

On ne choisit pas toujours sa voisine de table…

Et puis il y a ceux qui ont tennis…

Comme à l’école, il y en a toujours qui ont de bonnes excuses pour sécher.

À voir aussi sur konbini :