AccueilÉDITO

Selon des scientifiques, la MDMA "a été diabolisée à tort"

Publié le

par Olivia Cassano

La MDMA, aussi appelée ecstasy ou Molly, a la réputation d'être la drogue des fêtards. Il s’avère que les scientifiques l’apprécient aussi, pour des raisons médicales.

Des chercheurs en neurologie de l’université de Stanford ont étudié de plus près les effets de la MDMA sur des souris. Ils affirment, au vu des résultats, que son étude prolongée pourrait révolutionner le domaine de la recherche médicale. Dans une interview donnée au site Inverse, le docteur Robert Malenka, membre de l'équipe de recherche affirme :

"Pour des raisons politiques légèrement irrationnelles, cette drogue a été diabolisée à tort. Je ne dis pas qu’il faut la prendre comme de l’aspirine ou qu’elle doit être vendue dans la rue, c’est bien une substance addictive.

Mais en tant que neuro-scientifique, je me concentre principalement sur la réponse du cerveau à la drogue. Comme lorsque j'observe le fonctionnement du cerveau dans d'autres circonstances.”

La MDMA reste classée parmi les drogues dures et hautement addictives, comme l’héroïne ou le LSD, dans la convention sur les substances psychotropes de l’ONU. Elle est de fait exclue des recherches dans le domaine psychiatrique, malgré l’intérêt de certains chercheurs pour son potentiel dans les traitements du stress post-traumatique et de l’anxiété.

Le potentiel de guérir des maladies mentales

Les chercheurs ne connaissent pas encore exactement l'étendue des effets de la substance sur les humains, ni les régions du cerveau qu’elle affecte. Le docteur Malenka assure qu’une étude plus approfondie pourrait dévoiler certains mécanismes du système nerveux et, à terme, permettre d'utiliser la MDMA pour traiter l’autisme ou la schizophrénie grâce à ses effets sur l'empathie et la désinhibition.

Il y a seulement trois mois, des scientifiques ont obtenu des informations inédites sur l’impact du LSD sur le cerveau.  Bien sûr, chacun a son propre avis sur la drogue, mais il semble contre-productif de condamner un élément qui, étudié plus rigoureusement, pourrait potentiellement guérir des maladies mentales. "Je ne dis pas de la légaliser, précise Robert Malenka, juste de nous laisser l’étudier."

(via giphy)

À voir aussi sur konbini :