AccueilÉDITO

La marijuana synthétique provoque une épidémie de "spice zombies" à Manchester

Publié le

par Matthew Kirby

La police lance un appel à l'aide après avoir constaté une soixantaine d'incidents liés à la drogue "Spice" le week-end dernier.

La police de Manchester a lancé un appel à l’aide à la communauté des médecins et aux associations locales face à l'augmentation de la consommation de la "Spice", qui a provoqué une soixantaine d’incidents entre vendredi 7 et dimanche 9 avril.

Cette drogue, censée reproduire les effets du cannabis, est aussi connue sous le nom de marijuana synthétique, transforment certains de ses consommateurs en véritables zombies, qui s’écroulent dans les rues, selon les autorités. Un journal local a qualifié le phénomène de "cauchemar dystopique" dans la zone de Piccadilly.

Wasim Chaudhry, directeur de la police de Manchester, a déclaré que si les agents de police font tout leur possible pour garder la situation sous contrôle, "elle ne doit pas empirer". Il ajoute que ceux qui prennent de la "Spice" se retrouvent souvent : "abasourdis ou sérieusement malades, nécessitant l’assistance des services de santé et des ambulances" :

"Ils font parfois preuve d’agressivité et peuvent devenir un danger pour eux-mêmes et pour les autres."

Le week-end dernier, les officiers de police du secteur ont dû intervenir sur 58 incidents liés à la "Spice", au cours desquels ils ont collaboré avec les services sociaux du conseil municipal, des associations qui viennent en aide aux sans-abris et des services médicaux d’urgence. Des agents formés spécialement sont également venus en renfort pour essayer de combattre le phénomène et venir en aide aux toxicomanes pour leur apporter de l’aide et du soutien. "Une approche multiorganisationnelle est la seule façon de procéder", a affirmé Wasim Chaudhry.

La "Spice" peut causer des hallucinations, des formes de psychose, une faiblesse musculaire et de la paranoïa. Elle est interdite en France depuis 2009, et au Royaume-Uni depuis le mois de mai dernier.

Traduit de l'anglais par Sophie Janinet

À voir aussi sur konbini :