AccueilÉDITO

La Manif pour tous appelle à voter contre Macron, "candidat anti-familleaaanh"

Publié le

par Théo Mercadier

Plutôt les fachos que les homos ! En soutenant implicitement le FN, l'association traditionnaliste avance toujours un peu plus loin dans le tunnel de l'obscurantisme.

Il faut bien accorder une qualité à la Manif pour tous : elle a cette étonnante capacité à repérer les coins les plus pourris de l'espace médiatique et à s'y jeter corps et âme. L'organisation qui se dit "indépendante de tous partis", mais dont l'excroissance Sens commun a quand même organisé la campagne ultradroitière de François Fillon, appelle aujourd'hui ses militants à se mobiliser en masse contre Emmanuel Macron. Dans un communiqué de presse tout de rose et bleu orné, la Manif pour tous croit savoir que le candidat d'En marche ! "entend prendre la suite du quinquennat qui s’achève et poursuivre le bouleversement de civilisation".

Déjà "candidat de la finance", Emmanuel Macron serait donc aussi celui de la déliquescence du modèle familial à la française : "Il fait passer l’argent avant l’humain", continue de vitupérer la Manif pour tous. En appelant à voter contre l'héritier de "François Hollande [et] Christiane Taubira", l'association poursuit sa croisade contre les avancée progressistes de notre société dans le vaste domaine de "la famille".

Procréation médicalement assistée, études de genre, prélèvement à la source ouvrant la porte à l’individualisation de l’impôt (et donc à une plus grande indépendance de la femme, au secours), meilleure reconnaissance des enfants nés grâce à la gestation pour autrui, et évidemment le mariage pour tous. "Emmanuel Macron prépare une politique antifamille. Pour les familles, pour les enfants, pour l’avenir, le 7 mai : Macron, c’est non !", beugle Ludovine de la Rochère, présidente de l'association.

La visionnaire Frigide Barjot, qui s'est fait dégager de l'organigramme de la Manif mais a toujours son mot à dire…

Un idéal sociétal rétrograde

Tout emportée qu'elle est par sa verve conservatrice, la Manif pour tous ne demande pas pour autant officiellement à ses partisans de voter Front national, affirmant qu'elle "a pour seul 'candidat' la famille et s’est toujours refusée à donner de quelconques consignes de vote". La "protection" de la famille "traditionnelle" apparaît donc comme le seul phare auquel se réfère le mouvement pour orienter son vote et celui de ses militants. Un idéal sociétal rétrograde... que Marine Le Pen soutient d'un bout à l'autre dans son programme.

Sur toutes les thématiques évoquées plus haut, la présidente du Front national (FN) va systématiquement dans le sens des revendications de la Manif pour tous, qui se plaît à le rappeler dans son comparateur de programmes. La GPA ? Marine Le Pen souhaite en "maintenir l’interdiction". Le débat sur le genre ? Des "délires [d']idéologues", dit-elle. Le mariage pour tous ? Il doit être abrogé et remplacé par "une union civile (un Pacs amélioré)", car Marine Le Pen "souhaite que la filiation reste le fait d’un papa et d’une maman". La Manif pour tous appelle donc à voter contre Emmanuel Macron tout en se retrouvant à 100 % dans les points du programme du FN sur la famille. Faites le lien.

Cette droite extrême qui ne renie pas l'extrême droite

Pour une large partie de la droite conservatrice française, le FN n'incarne plus l'épouvantail antirépublicain qu'il pouvait représenter il y a encore quelques années. Alors que le parti Les Républicains(LR)  a appelé à faire barrage à l'extrême droite dès le lendemain du premier tour (sans toutefois donner de consigne de vote claire en faveur d'Emmanuel Macron), un récent sondage montre que 38 % des électeurs de François Fillon pourraient aller grossir les rangs du FN. Chez Sens commun, mouvement politique catho ultraconservateur issu de la Manif pour tous et tellement impliqué dans la campagne de Fillon qu'il fut un temps question de l'associer au gouvernement en cas de victoire, on refuse de s'exprimer clairement contre le FN. Quitte à se retrouver avec Marine Le Pen à l'Élysée.

La palme du transfuge de droite républicaine vers le Front national nous vient probablement de Christine Boutin, dont les calculs électoraux plus que douteux pourraient faire sourire s'ils n'étaient pas porteurs d'un tel danger pour notre société. "Je veux faire comprendre aux Français de droite que voter Le Pen, ce n'est pas adhérer au Front national", affirme-t-elle sans ciller. "C'est simplement un vote contre Emmanuel Macron", assure la fondatrice du Parti chrétien démocrate (PCD).

"Démocrate". Faut-il rappeler qu'une fois au pouvoir, le FN compte enterrer définitivement le droit du sol (composante essentielle de la conception française de la nation), interdire aux médecins de soigner les migrants pendant deux ans, voire mettre les fonctionnaires au garde-à-vous ? Pour la démocratie, on reviendra. Mais tout ça, Christine Boutin s'en fout, à tel point qu'elle va même désormais consacrer son temps à "travailler pour lever l'inquiétude, la peur et l'opprobre qui pourraient s'abattre sur les électeurs de droite tentés par le vote Le Pen", ainsi que le soulignent Les InrocksDécomplexer les électeurs indécis pour les pousser vers le FN : Christine, Christine... Comment te dire ? Tu as encore une fois perdu une belle occasion de te taire. Mais est-ce vraiment une surprise ?

À voir aussi sur konbini :