AccueilÉDITO

Le blanchissement de la Grande Barrière de corail s'aggrave

Publié le

par Clotilde Alfsen

En Australie, la Grande Barrière de corail se porte mal, et l'année 2016 est particulièrement catastrophique.

(FraukeFeind/Pixabay/CC)

La Grande Barrière de corail, située au large de la côte nord-est de l'Australie, attire chaque année 2 millions de touristes et est inscrite au Patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco. Mais cette inscription ne semble pas être pour l'instant hyper efficace pour sa préservation : en 2016, le plus grand ensemble corallien du monde (2 300 kilomètres de long) est plus que jamais en péril.

D'après Le Monde67 % des coraux ont disparu dans la partie nord de la Grande Barrière, à cause du réchauffement climatique. La disparition des coraux est accélérée par des phases de blanchissement dues à la montée de la température de l'eau. Ce phénomène affecte les algues unicellulaires (les zooxanthelles) qui apportent aux coraux des nutriments vitaux et les colorent – d'où le terme de "blanchissement", la disparition de ces algues faisant changer de couleur le récif.

Alors que la partie nord était jusque-là moins abîmée – du fait de son éloignement de l'homme et des zones agricoles –, elle est cette année dans un état désastreux. "Dans les zones les plus affectées, les coraux qui étaient très colorés sont devenus très blancs lors du blanchissement. Ceux qui sont morts sont maintenant ternes, marrons. Ce ne sont plus que des squelettes et on se croirait dans un cimetière", se désole Terry Hughes, directeur d'un centre de recherche de l’université australienne James-Cook, cité par Le Monde.

Destruction progressive

La partie la plus touristique de la Grande Barrière est moins affectée aujourd'hui, 6 % du corail blanchi étant mort au centre de la barrière, et 1 % au Sud. En revanche, les pertes peuvent atteindre 83 à 99 % pour les zones les plus affectées, d'après le site The Conversation.

Le Nord est plus touché que d'ordinaire en raison d'une augmentation spectaculaire des températures de 2 degrés, d'après Terry Hughes. Mais le blanchissement ne date pas d'hier : la moitié des coraux ont disparu en 30 ans dans le Sud et le centre de la barrière. En cause, l'activité agricole qui diffuse des engrais dans l'eau et favorise le développement d'une terrible étoile de mer invasive : l'acanthaster planci.

D'après Le Monde, 2 milliards de dollars australiens (1,4 milliards d'euros) devraient être investis par l'Australie avant 2025 pour préserver cette merveille sous-marine qui rapporte un paquet de sous à l'économie du pays grâce au tourisme (5 milliards de dollars australiens soit 3,5 milliards d'euros). Mais pendant ce temps-là, l'Australie reste la deuxième puissance exportatrice de charbon, alors que le réchauffement climatique est clairement en cause dans la destruction de la Grande barrière de corail.

Pour se régénérer, les coraux ont besoin d'une baisse de la température des eaux. Et les prévisions des scientifiques ne sont pas terribles : le processus de régénération des coraux dans la partie Nord pourraient prendre 10 à 15 ans. Pour les prochains mois et l'année qui vient, les scientifiques prévoient une augmentation des maladies, une baisse de la croissance des coraux, ainsi qu'une chute des taux de reproduction.

Et on devrait même s'attendre à une nouvelle phase de blanchissement...

À voir aussi sur konbini :