AccueilÉDITO

La fin du monde, c'est pour aujourd'hui ou pour demain ?

Publié le

par Théo Chapuis

La fin du monde a été annoncée près de 200 fois au cours de l'Histoire. Au lendemain de l'une d'entre elles, The Verge nous rappelle que le monde n'en est pas à ses premiers prédicateurs illuminés.

:/ (Capture d'écran Google)

Vous ne le savez peut-être pas, pourtant hier, mercredi 7 octobre, l'Apocalypse s'est abattue sur le monde. Oui. Du moins, c'est ce qui aurait dû se produire, selon un mouvement chrétien basé à Philadelphie et nommé "eBible Fellowship" (ou "la communauté de la e-Bible", oui oui). Pour être plus exact, son leader Chris McCann expliquait : "[la Terre] disparaîtra pour toujours. Annihilée". Rien que ça.

D'ailleurs, McCann savait même exactement comment Dieu s'y prendrait pour détruire son labeur d'une semaine :

Dieu a détruit la Terre avec l'eau, une inondation, au temps de Noé. Et il dit qu'il ne le fera plus, plus avec de l'eau. Mais il dit pourtant dans l'Évangile de Pierre qu'il la détruira par le feu.

Or, l'eBible Fellowship n'est qu'un oiseau de mauvais augure parmi la farandole des prédicateurs de la fin du monde. Dans un papier rigolo, le site américain The Verge, relayé par Slate en France, liste les annonces d'apocalypse qui auraient dû broyer notre civilisation comme du papier mâché. Petit rappel des catastrophes auxquelles vous avez échappé.

Crevez tous

Telle la comète de Halley, dont le passage dans l'orbite terrestre le 19 mai 2010 aurait dû être synonyme d'holocauste planétaire. Selon l'astronome français Camille Flammarion, c'est le gaz cyanogène présent dans la queue de l'astre qui devait "imprégner l'atmosphère et sans doute éradiquer toute vie sur la planète". Sympa.

Vue d'artiste sur l'effervescence supposée que déclenchera l'approche de la date de la fin du monde par la comète de Halley, en 1910

The Verge raconte aussi l'histoire de Dorothy Martin, une habitante de Chicago persuadée de recevoir des messages d'une planète inconnue appelée "Clarion". Selon sa prophétie, un "être supérieur" devait engloutir les continents, le 21 décembre 1954. Elle persuade ses fidèles qu'ils seront sauvés par les aliens mais annonce en fait quelques heures avant l'apocalypse que grâce à leurs louanges, celle-ci n'aura pas lieu. Malin, non ?

Vous vous souvenez sans doute bien plus du bug de l'an 2000, qui aurait dû détraquer les ordinateurs du monde entier – dont ceux qui contrôlent l'arsenal nucléaire russe ; ainsi que des prophéties du pasteur Harold Camping qui a investi dans 2 000 emplacements publicitaires américains pour prévenir de la fin du monde qui devait survenir le 21 mai 2011 – vous ne serez guère surpris d'apprendre que McCann et l'eBible Fellowship sont d'ailleurs les disciples de Camping ; sans compter la fin du calendrier maya qui devait signifier... la fin du monde pour 2012 – et qui n'a signifié qu'un nouveau blockbuster alarmiste de Roland Emmerich.

182 apocalypses successives

Mais nous pourrions également citer les prévisions de fin du monde du couturier Paco Rabanne, persuadé que la fin était pour le 11 août 1999, ou encore remonter dans le temps et analyser la peur du peuple lors de l'approche de l'an mil, au Moyen-Âge... Bref, nous serions loin d'avoir assez de cet article pour les développer toutes. Sachez cependant que selon un article de Slate datant d'il y a trois ans, l'historien français Luc Mary prétendrait que l'apocalypse a déjà été prophétisée 182 fois au cours de notre Histoire. Ce qui fait déjà pas mal.

Donc la prochaine fois que quelqu'un vous affirme que la fin du monde est pour demain, mettez-lui cet article sous les yeux. Puis rappelez-vous de l'épisode de Parks & Recreations dans lequel on apprend qu'un groupe religieux de la ville de Pawnee, Indiana, prévoit la fin du monde... chaque année, à la même date – et que c'est l'occasion de faire un pique-nique pour la célébrer.

À voir aussi sur konbini :