@https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Pro-choice_demonstration_about_Whole_Woman%27s_Health_v._Hellerstedt_in_front_of_SCOTUS_10.jpg

La direction du programme de planification familiale américain confiée à une anti-IVG

Le programme de planification familiale du ministère de la Santé américain a une nouvelle directrice. Teresa Manning est anti-avortement et anti-contraception, et considère que la planification familiale n'est pas l'affaire du gouvernement...

Aux États-Unis, le ministère de la Santé gère un programme de planning familial qui aide les femmes aux revenus modestes à avoir accès à des contraceptifs gratuits, Title X. Une nouvelle directrice vient d'être nommée à sa tête, et c'est un choix paradoxal au vu de ses positions. Selon The Guardian, Teresa Manning a notamment déclaré en 2003, quand elle faisait la promotion d'un livre sur l'avenir du mouvement anti-avortement :

“Vous savez, la planification de la famille est quelque chose qui s'opère entre un mari, une femme et Dieu, et cela n'implique pas vraiment le gouvernement fédéral, et encore moins les Nations unies, où nous entendons tout le temps parler de planification familiale. Pourquoi s'en mêlent-ils ?"

Publicité

Une anti-avortement et anti-contraception

Pour cause : cette ancienne professeure de droit et analyste juridique a travaillé avec deux groupes anti-avortement, et considère que la pilule contraceptive ne fonctionne pas. Également en 2003, elle affirmait que "Bien sûr, la contraception ne fonctionne pas […] son efficacité est très faible, surtout lorsqu’on l’utilise sur plusieurs années". Des propos inquiétants quand on sait qu'en 2014, le programme a procuré des moyens de contraception à 4 millions de femmes qui n'avaient pas les moyens de se les payer, permis d'éviter 1 million de grossesses non désirées et effectué plus de 300 000 avortements.

La présidente de la fédération américaine du Planning familial américain, une ONG, s'est indignée de la nomination de Teresa Manning :

Publicité

"Nommer quelqu'un qui a dit que 'la contraception ne fonctionne pas' pour gérer le programme de planification familiale de la nation est absolument inacceptable."

Une nouvelle inquiétante dans la continuité de l'administration Trump

Toujours selon The Guardian, le vice-président du Planning familial américain, l'ONG, a déclaré que cette nomination était "inacceptable" :

“C'est le renard qui garde le poulailler, et les femmes aux petits revenus vont en payer le prix. Nous avons le taux de grossesses non désirées le plus bas depuis trente ans, et un taux historiquement bas de grossesses chez les adolescentes grâce à l'accès à la contraception. Quelqu'un qui promeut des mythes sur la contraception et la santé reproductive ne devrait pas être à la tête du bureau responsable de la planification familiale au ministère de la Santé."

Publicité

Ce choix s'inscrit cependant dans la continuité de la nomination de Tom Price, qui veut dérembourser les contraceptifs, en tant que ministre de la Santé, ou encore de Katy Talento, qui soutient que la pilule cause fausses couches et infertilité, en tant que conseillère en santé publique.

Par Mélissa Perraudeau, publié le 04/05/2017

Pour vous :