featuredImage

De plus en plus de grandes villes chinoises adoptent la politique du "chien unique"

Le but est notamment d’encourager les maîtres à être plus responsables.

riley-christmas-mist-7-1-810x578

(© Matthew Kirby/Konbini)

En 2015, la Chine abandonnait enfin la politique de l’enfant unique. Il semblerait cependant que ce soit maintenant au tour des maîtres de chien d’être confrontés à des restrictions similaires. En effet, d’après le Beijing News, la ville de Qingdao, dans la province du Shandong, interdirait d’ores et déjà aux foyers de disposer de plus d’un chien de compagnie.

Ceux qui contreviendraient à cette règle pourraient se voir infliger une amende de 2 000 yuans (environ 260 euros). Les propriétaires de chiens ont été avertis de ne sortir leurs amis à quatre pattes qu’après avoir reçu un étiquetage particulier fourni par l’État. Cette régulation, entrée en effet le 8 juin, prohibe également environ 40 races de chiens "dangereux".

Les particuliers qui possèdent déjà un chien de ces races (parmi lesquels on retrouve les pitbulls, les dobermans ou encore les dogues du Tibet) devront donner des preuves de leur maîtrise de leur propre animal. Le tempérament de ce dernier sera ainsi évalué – et s’il ne répond pas aux critères, il sera confisqué.

Pour les chiens surnuméraires qui n’ont pas de carnet de vaccination, les autorités suggèrent de les déposer dans des refuges ou de les confier à des familles vivant dans des zones dans lesquelles les restrictions n’ont pas cours. Les autorités locales admettent que la nouvelle législation "n’est pas suffisamment souple", mais celle-ci a été mise en place en raison d’une recrudescence d’incidents – impliquant parfois des personnes blessées.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont loué l’initiative, qui permet d’encourager la responsabilité des maîtres, même si d’autres ont questionné la typologie des animaux interdits. Toutefois, Qingdao est loin d’être la seule ville du pays à avoir mis en place une telle réglementation. En effet, Shanghai, Pékin ainsi que Guangzhou ont adopté des politiques similaires – de même que Chengdu et Harbin, où les animaux de plus de 50 cm de hauteur et de 70 cm de longueur ont été tout simplement interdits. En Chine, on estime le nombre d’animaux de compagnie déclarés à 100 millions (dont 62 % de chiens et 19 % de chats).

À lire -> Chine : la viande de chien sur le point d’être interdite à la vente au festival de Yulin

Par Matthew Kirby, publié le 12/06/2017