AccueilÉDITO

Vidéo : quand Kevin Razy était l'invité vedette d'une web TV conspirationniste

Publié le

par Théo Chapuis

Kevin Razy, icône de la campagne anti-conspirationniste du gouvernement, était l'invité d'une émission douteuse dans laquelle il brosse la complosphère dans le sens du poil. C'est embarrassant.

Ouch. Juste 24h après que le gouvernement dévoilait fièrement sa campagne anti-complotiste "On te manipule", menée par Kevin Razy pour s'adresser aux jeunes, le site Streetpress révèle, vendredi 5 février, l'existence d'une vidéo plutôt embarrassante pour le comédien. Un mois avant le lancement de l'offensive anti-conspi' de Matignon, Kevin Razy participait à une émission sur une web TV... conspirationniste.

C'était le 7 janvier 2016, sur le plateau de l'émission Le Dîner du Cercle, sur la chaîne Le Cercle des Volontaires, "un des principaux hubs de théories conspirationnistes en France", comme l'écrit Streetpress. On y voit le comédien star des jeunes échanger avec d'autres Youtubeurs sur le succès de leur recette, notamment les "humoristes dissidents" J'suis pas content et Terrene Trash, mais aussi Le Débrancheur, "spécialisé dans les clips anti francs-maçons et anti Nouvel ordre mondial". Le site ajoute que ce dernier est l'auteur d'une vidéo où il invitait les collégiens à harceler leurs profs d'Histoire sur les liens entre l'ascension de Hitler et la famille Rothschild...

Eh oui, les vedettes du web qui entourent chaleureusement Razy, autour des petits fours disposés sur la table basse de l'émission, sont bel et bien ceux dont il exhorte les jeunes à se méfier pour le compte du gouvernement. Sales fréquentations pour l'ambassadeur anti-conspi du Premier ministre.

"Dans abstentionniste, il y a sioniste !"

Au menu de la discussion ? Des sujets battus en brèche par les mêmes "dissidents" dans leurs vidéos : Dieudonné, la désinformation, le groupe Bilderberg, Charlie, le 11 septembre, l'assassinat de Kennedy, le lobby sioniste... bref, la totale. Et Razy, qui prête son image à la campagne du gouvernement anti-manipulation, de faire quelques bonnes blagues comme "Dans abstentionniste, il y a sioniste !", de remporter une kippa (si, si) à l'issue de sa victoire au blind-test ou d'applaudir le boulot du Débrancheur, "qui plonge son nez dans des centaines de bouquins". Cool.

Au fond, ce n'est pas tant les propos tenus par Razy dans cette émission-fleuve (plus d'1h40) qui gênent, mais plutôt son association à cette belle brochette de conspis sur une web TV franchement douteuse. Les commentaires échangés dans la rubrique "Discussion" de la chaîne fourmillent d'ailleurs de références à Soral, Dieudo et à leurs bonnes vieilles quenelles. Comme le montre Envoyé spécial, le modérateur du "débat" entre les Youtubeurs, Raphaël Berland, se rendait en Syrie il y a quelques mois (et en Iran avant cela) afin de présenter à ses ouailles le régime du boucher de Damas sous un jour plus sympathique.

Contacté par Streetpress, Matignon s'est montré embarrassé de voir son icône anti-conspi auprès des jeunes aussi bien installés au Cercle des Volontaires, s'inquiétant d'une éventuelle "posture douteuse" de l'humoriste. Alors que le site, mais aussi Le Point qui a repris l'info, épinglent "l'erreur de casting" du gouvernement, Kevin Razy, qui met en garde contre les informations douteuses relayées sur Internet pour le compte du gouvernement, n'est certes pas aujourd'hui dans une position très confortable.

À voir aussi sur konbini :