AccueilÉDITO

Kev Adams et Gad Elmaleh accusés de racisme envers les Asiatiques

Publié le

par Bérénice Rebufa

(© Youtube / Bandes Annonces Cinéma)

Alors que Gad Elmaleh et Kev Adams ont vendu toutes les places de leur spectacle commun, ce dernier fait polémique depuis sa diffusion sur M6.

(© YouTube)

La Toile s'enflamme depuis la diffusion du spectacle de Gad Elmaleh et Kev Adams, Tout est possible, sur M6 le 4 décembre. La raison : des blagues considérées comme racistes sur les Asiatiques. Même si nous avons l'habitude que les humoristes jouent les racistes le temps d'un sketch, cette fois est celle de trop pour la communauté asiatique qui en a marre des moqueries. Accent chinois ridicule et jeux de mots douteux, leur sketch se voulait peut-être au départ gentillet. L'humour de Kev Adams est cependant très lourd durant ce passage. Déguisé avec un costume le plus caricatural possible (kimono, chapeau rond et tresse qui dépasse), il se déplace en imitant des gestes d'arts martiaux. Là où ça coince aussi, c'est quand il se moque du "Om" bouddhiste, allant jusqu'à le comparer au bruit d'un avion qui passe. À ce moment-là, on commence à se douter que ça risque de dépasser les limites. Ensuite, quand les danseuses grimées en Japonaises apparaissent sur scène, ça devient totalement too much.

Lorsque Gad Elmaleh arrive sur scène, également déguisé, il explique à Kev Adams que ses blagues trop caricaturales ne relèvent pas vraiment d'un travail d'humoriste. Bien sûr tout cela fait partie du spectacle. Sa première phrase est : "Je suis en train de niquer 20 ans de carrière." Pour ça, on ne va pas le contredire... Il essaye tout de même de suivre son cadet en continuant à critiquer son humour. "C'est limite raciste. Je connais l'humour... Imagine, il y a une famille de Chinois qui sont installés tranquille..."

"Moi, Asiatique, j’ai mal devant le spectacle de Kev Adams et Gad Elmaleh"

Cependant, pour les Français ayant des origines asiatiques, c'en est trop. La bonne intention sonne faux. Quelques médias ont dénoncé l'angle raciste de ce sketch et un journaliste de Clique a décidé de prendre la parole avec une tribune intitulée : "Moi, Asiatique, j’ai mal devant le spectacle de Kev Adams et Gad Elmaleh." Le journaliste est profondément offensé par les propos des humoristes. Il fait une description détaillée du numéro des deux comiques en expliquant bien ce qui le dérange.

"Bien que le personnage d’Elmaleh essaie rapidement de faire prendre conscience que cette scène et ces personnages sont caricaturaux, rien ne vient vraiment dédouaner le numéro d’Adams. [...] Pire encore : en jouant vaguement la distanciation, Gad Elmaleh ne sert qu’à donner bonne conscience à son binôme et au public." Pour lui, c'est inacceptable de se moquer ainsi d'une population déjà largement discriminée. "J’ai honte de penser que, si Kev Adams et Gad Elmaleh s’étaient moqués d’autres communautés, les réactions auraient été immédiates", déclare le journaliste.

"Je suis d’origine vietnamienne. Pendant toute mon enfance, comme tous les gamins d’origine asiatique (et plus généralement, ceux d’origine étrangère, racisés ou pas), j’ai eu droit aux remarques et aux blagues plus ou moins racistes, plus ou moins de mauvais goût. Les mêmes que celles que Kev Adams sort sur scène. C’était il y a presque trente ans. Je pensais que la mondialisation des cultures, l’évolution des mentalités et les discours d’acceptation des minorités rendraient inconcevables des scènes pareilles en France, en 2016. J’étais sûrement naïf."

Libération se positionne également contre l'humour de Gad Elmaleh et Kev Adams. Le média relaie la tribune de Clique et donne aussi la parole à un de ses journalistes. Ce dernier a préparé un Google Doc des dernières remarques racistes qu'on lui a faites en raison de ses origines indonésiennes. "En reportage, un homme me dit très sérieusement 'vous, les chinois, vous êtes de bons immigrés, vous êtes des travailleurs'", est-il écrit. L'article nous renvoie également vers une enquête menée par Libération sur le racisme envers les Asiatiques. 

À voir aussi sur konbini :