@https://www.youtube.com/watch?v=kz1xzBYppW8

Keaton Jones, jeune Américain victime de harcèlement scolaire : après l’émotion, la polémique

Entre suprémacisme blanc et soupçons d’escroquerie, le témoignage d’une jeune victime américaine de harcèlement scolaire est au cœur d’une polémique, après avoir ému de nombreuses personnalités et anonymes ce week-end.

Le vendredi 8 décembre, Kimberly Jones, une Américaine du Tennessee, poste sur son compte Facebook une vidéo de son fils à la demande de ce dernier. En larmes, le garçon de sixième raconte le harcèlement scolaire dont il est victime de la part de cinq camarades. "Ils se moquent de mon nez, disent que je suis moche", raconte Keaton Jones, ajoutant : "ils me renversent du lait sur moi et glissent du jambon dans mes habits, ils me jettent du pain."

Publicité

Expliquant qu’il n’a donc "pas d’amis", le garçon tient à apporter son soutien aux autres victimes de harcèlement scolaire, à qui il conseille notamment de rester "fort·e".

#StandWithKeaton

La vidéo (depuis passée en privé) devient très rapidement virale, comptabilisant 22 millions de vues et 430 000 partages comme le rapporte Libération. Un hashtag voit le jour sur les réseaux sociaux, #StandWithKeaton, et de nombreuses stars expriment publiquement leur soutien au garçon, comme Snoop Dogg qui reposte la vidéo sur son compte Instagram pour inviter Keaton à lui écrire, l’assurant qu’il est "son ami pour la vie".

Say lil Man U gotta friend in me for life hit me on dm so we can chop it up love is the only way to beat hate

Une publication partagée par snoopdogg (@snoopdogg) le

Publicité

S’expriment également Rihanna, Justin Bieber, Chris Evans qui invite le garçon à l’avant-première d’Avengers, Katy Perry ou encore Mark Ruffalo. Le garçon et sa mère sont conviés à de nombreux événements, et Keaton Jones est érigé en symbole de la lutte contre le harcèlement scolaire.

Mais l’histoire trouve un autre sens quand des internautes remarquent des photos sur le compte Facebook de sa mère et le compte Twitter de sa sœur.

Drapeau confédéré et cagnottes en ligne

On y voit la famille poser fièrement avec le drapeau confédéré, symbole raciste et esclavagiste. Dans un statut du mois d’août, la mère semble par ailleurs fustiger les personnes attaquant le racisme et l’esclavagisme.

Publicité

Une interview du principal du collège, Greg Clay, sème en parallèle le doute sur l’honnêteté de Kimberly Jones. Il a en effet expliqué au Knoxville News-Sentinel qu’il pensait que le harcèlement évoqué par Keaton dans la vidéo s’était produit plusieurs semaines auparavant, et que des mesures avaient été prises contre ses auteurs qui n’auraient pas récidivé.

Comme BuzzFeed US le rapporte, deux cagnottes collaboratives ont également été lancées, dont une au nom de Kimberly Jones, ce qui a d’autant plus jeté l’opprobre sur elle. Sa fille, Lakyn Jones, a toutefois démenti sur Twitter qu’il s’agissait de son compte, expliquant qu’aucun membre de la famille n’avait souhaité récolter de l’argent. Elle a également dénoncé des rumeurs selon lesquelles Keaton avait été harcelé parce qu’il était raciste avec ses camarades noirs.

Publicité

"L’Instagram KimberlyJones_38 n’est PAS celui de ma mère. Elle a un Instagram privé et n’a parlé à personne. Nous n’avons pas reçu d’argent et ne comptons pas dessus. Les gofundme n’ont pas été lancés par nous."

"Ceux qui me connaissent moi et ma famille savent que nous ne sommes pas racistes. Mon frère ne dit pas le mot en 'n'."

"Le harcèlement en général est un problème majeur"

Kimberly Jones, qui a passé tous ses comptes en privé, a nié tout racisme dans une interview pour CBS, à qui Keaton a expliqué ne pas avoir dit à ses professeurs qu’il était harcelé par peur de représailles. Il est également revenu sur le soutien qui lui a été apporté : "J’ai eu l’impression que j’avais accompli quelque chose de réel. Quelque chose qui pourrait vraiment changer le monde", a-t-il expliqué.

Si les internautes n’ont pas accordé beaucoup de crédit aux justifications douteuses de sa mère, beaucoup ont renouvelé leur soutien au garçon, arguant que rien ne pouvait légitimer le harcèlement scolaire et qu’il n’était pas responsable des agissements potentiels de Kimberly.

"Juste pour clarifier, la haine n’est pas dirigée contre Keaton. Elle est adressée à ta mère hypocrite, potentiellement raciste qui utilise tout cela pour gagner de l’argent. Espérons que toi, Keaton et vos sœurs dépasserez tout cela #StandWithKeaton"

"Ok j’ai écouté et regardé plusieurs trucs sur tout ça. Oui ! Je suis complètement contre le harcèlement ! Je suis avec Keaton, mais je suis aussi contre le fait que sa mère l’utilise pour faire des bénéfices !"

"Qu’est-ce qui ne va pas dans ce putain de monde ? Depuis quand est-ce qu’on tient un enfant responsable des actions de ses parents ? Nous ne savons toujours pas tout sur le compte de sa mère, mais dans tous les cas comment pourrions-nous approuver le harcèlement basé sur les actions de quelqu’un d’autre ?"

"Je suis toujours avec Keaton, non pas à cause de ses opinions potentielles ou de celles de sa mère, mais parce que le harcèlement en général est un problème majeur, qui cause un traumatisme psychologique majeur qui dure bien après l’école. Le but est de sensibiliser au harcèlement, et de l’arrêter."

Par Mélissa Perraudeau, publié le 12/12/2017

Copié

Pour vous :