Kamasurra, le Kamasutra contre les violences policières au Brésil

Découvertes par la version portugaise du Huffington Post, les images du Kamasurra mettent en scène des policiers et des manifestants dans des positions du Kamasutra détournées pour l'occasion.

"Pour la fin de la violence de la police dans les manifestations de rue", c'est la punchline que l'on peut lire sur le site Kamasurra, contraction de kama en référence au plus célèbre recueil indien signifiant "les aphorismes du désir" et de "surra" qui veut dire en portugais  "raclée". Les positions sont alors accompagnés de noms assez suggestifs tels que "menotté par derrière", "pendaison soudaine" ou encore "enlacement pimenté".

On ne compte plus les initiatives mises en place pour dénoncer les violations des droits commises lors de la préparation de la compétition internationale, pendant que les manifestations, en marge de la Coupe du Monde continuent au Brésil. Si la campagne peut faire sourire, c'est encore avec cet esprit de dénonciation qu'elle a été créée afin de pointer du doigt les dérives et violences policières. Voilà ce que l'on peut lire sur le site Kamasurra :

Publicité

La violence policière pendant les manifestations de rue génère de nombreux problèmes. L'un d'eux – peut-être le pire –, c'est le Kama Surra entre la police et les manifestants. Pour des manifestations pacifiques. Pour la liberté d'exprimer l'insatisfaction généralisée dans toutes les couches sociales. Pour mettre fin à la violence contre des manifestants innocents.
Soutenez la fin de #KamaSurra. Sauvegarder, imprimer et coller les affiches.

Capture d’écran 2014-06-19 à 14.45.14

Capture d’écran 2014-06-19 à 14.45.37

Publicité

Capture d’écran 2014-06-19 à 14.44.56

Par Anaïs Chatellier, publié le 19/06/2014

Pour vous :