AccueilÉDITO

Le destin fou de deux jumeaux élevés l'un dans une famille juive, l'autre chez les nazis

Publié le

par Louis Lepron

Jack et Oskar sont de vrais frères jumeaux. Leur particularité ? Avoir grandi séparément dans des familles qui n'avaient rien en commun. 

Cette semaine, le lundi 9 novembre, Jack Yufe est mort à l'âge de 82 ans. Vous ne le connaissez probablement pas, mais cet homme a eu droit à une pleine page dans le Los Angeles Times. Ce n'était ni un acteur, un grand producteur de cinéma et encore moins un sombre écrivain seulement connu du milieu littéraire. Le monsieur a la particularité d'être à lui tout seul le binome d'une étrange histoire.

Car Jack Yufe a un jumeau, Oska Stohr, né comme lui à Trinidad le 16 janvier 1933. À l'âge d'à peine six mois, ils sont séparés. Oskar suit sa mère catholique en Allemagne, Jack reste avec son père à Trinidad. Le premier fera partie des jeunesses hitlériennes, bon petit soldat d'Hitler dans une Allemagne gangrénée par le nazisme; le deuxième vit d'abord avec son père sur l'île caribéenne, puis grandit au Venezuela dans la tradition juive avec sa tante, qui a survécu au camp de concentration de Dachau. Il finit par se poser à San Ysidro, en Californie.

Les retrouvailles

Leur histoire aurait pu s'appeler La vie est un long fleuve tranquille, à la différence qu'ils n'ont pas été échangés à la naissance et qu'ils sont de vrais jumeaux. 21 ans plus tard, ils se retrouvent. Nous sommes en 1954 et Jack décide de rencontrer son frère en Allemagne, après un voyage en Israël.

Dans un documentaire diffusé en 1999 par la BBC, Jack raconte :

Nous avions des vêtements identiques. J'avais acheté les miens en Israël, et lui les avait achetés en Allemagne. Exactement de la même couleur, avec deux boutons.

Car Jack Yufe et Oskar Stohr, au-delà des critères purement physiques, se ressemblent comme deux gouttes d'eau : ils ont la même démarche, portent les mêmes vêtements, possèdent un tempérament similaire, mangent gras, et ont un humour spécial : les deux aiment éternuer très fort pour faire peur aux gens.

En 1979, Jack rapporte dans The Times les retrouvailles difficiles : la honte d'Oskar d'avoir des racines juives, le problème de la barrière de la langue et le fait qu'ils n'ont pas apprécié se ressembler autant.

Nancy Segal, professeur de psychologie à l'université de Fullterton en Californie, explique cette similitude :

Ils sont un excellent exemple de la façon dont des jumeaux, élevés dans des environnements très différents, peuvent finir par se ressembler néanmoins.

Et de préciser :

Jack et Oskar ont eu une extraordinaire relation d'amour-haine. Ils étaient à la fois dégoûtés et fascinés l'un par l'autre. Ils ne pouvaient pas faire l'un sans l'autre.

25 ans après leur première rencontre, et via l'ex-femme de Jack, ils se sont à nouveau retrouvés pour participer à une enquête sur les jumeaux organisée par l'université du Minnesota. Leur relation aura été teintée de complicité comme de différents, notamment sur le sujet du conflit israelo-palestinien. Oskar meurt en 1997. Jack n'osera pas aller aux funérailles, de peur de déranger à cause de sa ressemblance physique.

L'ex-femme de Jack avait alors affirmé à l'agence Associated Press :

Ils avaient une relation incroyable, ce que j’appellerais une relation amour-haine. Ils ont été fascinés par l’un par l’autre, fascinés par leurs similitudes, intrigués que les pires traits qu’ils ont vus en eux-mêmes soient reflétés dans l’autre. Ils étaient colériques, irascibles et impatients, mais leurs familles les aimaient.

À voir aussi sur konbini :