Les cloudpets – (c) : http://cloudpets.com/

Drôle de cadeau : les jouets connectés seraient facilement piratables

Vous aviez prévu d’en acheter un pour votre petit-neveu ? Lisez juste ce petit article auparavant.

Les CloudPets. (© cloudpets.com)

Quel est le point commun entre le Furby Connect, l’i-Que Robot, les CloudPets et le Toy-Fi Teddy ? Ce sont des jouets dits "intelligents" : on peut s’y connecter en Bluetooth avec un smartphone ou une tablette pour faire plein de trucs cool.

Publicité

Quel est leur second point commun qui nous intéresse aujourd’hui ? On a découvert que certains d’entre eux étaient facilement piratables. C’est évidemment moins grave que de prendre le contrôle d’un drone ou d’une voiture connectée, mais cela permet tout de même d’entrer en contact avec des enfants à l’insu de leurs parents.

À l’approche des fêtes de Noël, la sonnette d’alarme a été tirée par Which? et Stiftung Warentest, deux associations de consommateurs, l’une anglaise, l’autre allemande. Which? a même tourné une petite vidéo de sensibilisation imaginant le pire des scénarios :

Publicité

Concrètement, une personne mal intentionnée peut facilement prendre contrôle du jouet en utilisant le Bluetooth : les produits vulnérables ne possèdent pas de connexion sécurisée.

L’association Which? s’est "amusée" (c’est une supputation) à filmer un autre scénario catastrophe, mais cette fois-ci avec le jouet CloudPets : il est possible de lui faire acheter quelque chose sur Internet en passant par l’assistant Alexa développé par Amazon (heureusement, les retours d’Amazon sont gratuits) :

Publicité

Which? rappelle enfin que certains pays, sensibilisés au problème, ont déjà pris des premières mesures. Certaines sont radicales. En février dernier par exemple, l’Allemagne demandait aux parents ayant acheté une poupée Cayla de la détruire sur le champ et ce pour les mêmes motifs invoqués plus haut : il était possible d’en prendre le contrôle via Bluetooth. En Norvège et aux États-Unis, les autorités ont publiquement fait part de leur inquiétude à ce sujet.

Quatre fabricants de jouets épinglés ont été contactés par les associations. Parmi eux, deux ont répondu : le problème sera pris "très au sérieux".

Par Pierre Schneidermann, publié le 16/11/2017

Pour vous :