AccueilÉDITO

Israël : le mur des Lamentations bientôt ouvert aux prières mixtes

Publié le

par Ariane Nicolas

Le mur des Lamentations, ultime vestige du Second Temple de Jérusalem, sacré pour les juifs du monde entier, s'ouvre à la mixité après des années de controverses. 

Un juif ultra-orthodoxe prie devant le mur des Lamentations, à Jérusalem. (Brian Jefferly Beggerly/CC/Flickr)

C'est une décision historique. Le mur des Lamentations, monument sacré du judaïsme situé en plein cœur de la vieille ville à Jérusalem (Israël), sur lequel des milliers de juifs viennent se recueillir chaque jour, va se doter d'un espace de prière mixte. Un compromis a été trouvé dimanche 31 janvier, entre les représentants des juifs ultra-orthodoxes, attachés à la stricte séparation des sexes, et des juifs libéraux, notamment l'association Femmes du mur qui milite pour la mixité.

Jusqu'à présent, il existait deux espaces distincts au mur des Lamentations, ultime vestige du temple d'Hérode, extension du Second Temple de Jérusalem, détruit par les Romains en 70 de l'ère chrétienne. Le plus grand de ces espaces, côté gauche, était réservé aux hommes. À droite, derrière une palissade, un lieu plus petit permettait aux femmes de venir se recueillir.

Un troisième espace créé

Un troisième espace sera donc créé, pour accueillir des femmes et des hommes se revendiquant d'un judaïsme plus ouvert. Ce nouvel espace permettra d'éviter les incidents réguliers qui opposent, entre autres, les femmes ultra-orthodoxes et les libérales, interdites de prier dans le lieu réservé au deuxième sexe.

"En adoptant cette décision, l’État reconnaît la pleine égalité des femmes sur le 'kotel' (mur occidental ou mur des Lamentations) et l’obligation de la liberté de choix sur la forme de judaïsme pratiquée en Israël", se félicitent les Femmes du mur sur leur page Facebook, citée par Euronews.

Le mur des Lamentations, à Jérusalem. (Avital Pinnick/CC/ Flickr)

La nouvelle section de prière sera achevée à une date encore non précisée. Elle sera gérée par un comité composé de membres du gouvernement et de "Femmes du mur".

À voir aussi sur konbini :