AccueilÉDITO

Jean-Marc Morandini accuse Marc-Olivier Fogiel de chantage

Publié le

par Théo Chapuis

Jean-Marc Morandini, ici au micro d’Europe 1 (© CC)

Pour sa défense après l'article accablant des Inrocks, Jean-Marc Morandini a nommé un cortège de célébrités qui, d'après lui, voudraient sa peau.

Jean-Marc Morandini, ici au micro d'Europe 1 (© CC)

O.K. Corral dans le PAF. Réagissant à l'enquête des Inrocks qui l'accuse principalement d’avoir manipulé de jeunes comédiens pour les inciter à des séances d’exhibition et à des faveurs sexuelles en échange de travail, Jean-Marc Morandini a donné une "conférence de presse" durant laquelle il n'a pas laissé les journalistes poser de questions. L'animateur a accusé Marc-Olivier Fogiel, Matthieu Pigasse (actionnaire des Inrocks) et Matthieu Delormeau d'avoir ourdi un complot contre lui dans le but "de [le] faire taire".

Dans la foulée, joint par Buzzfeed, Marc-Olivier Fogiel a annoncé son intention de porter plainte contre l'animateur et dénonce "une tentative de diversion classique et pathétique".

Résumé des épisodes précédents. Mardi 11 juillet, Les Inrocks ont sorti une enquête sur les pratiques troubles de Jean-Marc Morandini. Dans la foulée, l'animateur-producteur a indiqué à l'AFP son intention de porter plainte "pour diffamation".

À lire -> Après l’enquête accablante des Inrocks, Jean-Marc Morandini veut porter plainte pour diffamation

Et puis... silence. Jusqu'à ce matin du mardi 19 juillet, où Jean-Marc Morandini a annoncé sur son blog qu'il tiendrait une déclaration à la presse dans l'après-midi, en réaction "aux accusations parfaitement mensongères et diffamatoires qui circulent".

Quelques heures plus tard, deux rebondissements surviennent. Tout d'abord, l'association La voix de l'enfant, qui vient en aide aux mineurs en détresse, a annoncé se constituer partie civile "dès que les plaintes des différentes victimes seront reçues". Elle déclare dans un communiqué de presse : "La voix de l’enfant relève que certains éléments laisseraient à penser que des mineurs auraient été associés à la réalisation de la série Les Faucons."

Quelques minutes avant la déclaration à la presse de Jean-Marc Morandini, la suite de l'enquête (à paraître demain dans Les Inrocks) est en ligne sur le site de l'hebdo : on y apprend, captures d'écran à l'appui, que Jean-Marc Morandini avait suggéré, fin 2012, auprès d'un jeune garçon de 15 ans l'idée que ce dernier le rejoigne dans son hammam.

Déclaration à la presse

Alors qu'une "quarantaine" de journalistes étaient présents pour le point presse organisé par Jean-Marc Morandini à partir de 16 h 30, Marie Turcan, une journaliste des Inrocks, se voyait refoulée à l'entrée. Ambiance.

Visiblement remonté, Jean-Marc Morandini a dénoncé un "papier puant" des Inrocks, et même "du foutage de gueule". Selon lui, l'un des plaignants de l'article n'a même pas tourné dans Les Faucons. À ce propos, il précise que "les acteurs savaient ce qu'ils allaient tourner" et qu'"il n'y a jamais eu aucun problème".

À peine reconnaît-il : "Il y a eu des maladresses, j'en conviens, mais je vais m'en occuper [...] nous sommes une petite société de prod." Quoi qu'il en soit, l'animateur-producteur réfute que les castings ont pris place dans les locaux d'Europe 1 et se défend vivement d'avoir "jamais couché avec un mineur".

"Tout tourne autour de Marc-Olivier Fogiel dans cette affaire"

Jean-Marc Morandini affirme subir un "assassinat public" orchestré par Marc-Olivier Fogiel et décrit un complot inextricable qui n'a d'autre but que sa chute : "On veut me faire taire, c'est clair". Il se dit victime depuis deux mois d'un "chantage" pratiqué par le présentateur : "Comme je n'ai pas cédé, ces menaces sont mises à exécution."

D'après lui, si cette enquête parait dans Les Inrocks, c'est parce que ce titre appartient à Matthieu Pigasse, associé de Marc-Olivier Fogiel. Il accuse également Les Jours, site Internet dans lequel Fogiel et Pigasse détiennent des parts, d'avoir relayé des infos au sujet de cette affaire par fidélité à leurs actionnaires. "Tout tourne autour de Marc-Olivier Fogiel dans cette affaire" se plaint l'animateur-producteur.

Il cite un autre personnage médiatique : Matthieu Delormeau. Le chroniqueur de Touche pas à mon poste aurait, d'après M. Morandini, appelé lui-même l'association La voix des enfants afin que celle-ci se constitue partie civile. Il aurait aussi téléphoné à Europe 1 afin de reprendre son créneau à l'antenne.

Jean-Marc Morandini remercie ses patrons qui l'ont soutenu "contrairement à ce qu'on lit dans la presse" et annonce porter plainte contre Marc-Olivier Fogiel, Matthieu Delormeau, Les Inrocks et Fanny Marlier, la journaliste à l'origine de l'enquête.

Beaucoup de name dropping, une accusation de complot, une figure de victime... De plus, Jean-Marc Morandini n'a pas dit s'il sera ou pas présent à l'antenne d'Europe 1 à la rentrée, ni sur NRJ12 et CNews (anciennement iTélé). Il a, comme prévu, quitté l'assemblée sans laisser les journalistes le confronter à la moindre question.

L'animateur a donc donné à beaucoup l'impression de n'avoir pas vraiment répondu aux allégations qui l'accusent d'avoir incité de jeunes hommes à se dénuder et à prodiguer des faveurs sexuelles. Jean-Marc Morandini a surtout lancé une nouvelle affaire.

Pour revoir cette "conférence de presse" incroyable, regardez ci-dessous le Periscope du Parisien.

Précédents entre Les Inrocks et JMM

Rappelons que ce n'est pas la première passe d'armes entre Les Inrocks et Jean-Marc Morandini. En 2011, le blog de l'animateur a publié un article intitulé "Le magazine 'Les Inrocks' est-il en train de mourir ?", dans lequel il écrivait "ce magazine qui affirme pourtant en permanence donner des leçons à ses confrères et être au top de la branchitude". Une pique qui n'a pas eu l'heur de plaire à la rédaction de l'hebdo : la semaine suivante, Christophe Conte, dans son "billet dur", se payait Jean-Marc Morandini en imaginant une lettre de candidature spontanée :

"Embauche-moi, fais pas ta pute albanaise, file-moi deux ou trois piges, un grand portrait à charge d’Afida Turner, une interview de Nikos Aliagas sur la crise grecque, tout ce que tu veux, même une brève non vérifiée sur des soupçons de zoophilie chez l’un des candidats de Koh-Lanta qui passait un peu trop de temps dans la forêt."

À voir aussi sur konbini :