AccueilÉDITO

Accusé d'abus sexuels, l'hacktiviste Jacob Appelbaum quitte le projet TOR

Publié le

par Thibault Prévost

Jacob Appelbaum en 2010. Crédit: Wikipedia Commons

Star de la cryptographie et principal développeur du navigateur alternatif TOR, Jacob Appelbaum, soupçonné d'agression sexuelle, a démissionné.

Jacob Appelbaum en 2010. (© Wikipedia Commons)

Dans un communiqué ferme publié le 4 juin, Shari Steel, responsable du projet TOR – l'entreprise éponyme du navigateur permettant d'accéder à Internet, et au deep web, anonymement –, a officialisé la démission de l'un de ses développeurs originels, Jacob Appelbaum. Figure du logiciel libre et chercheur en cryptographie reconnu, ce dernier avait vu sa démission annoncée deux jours plus tôt sur le site du projet dans un communiqué laconique, sans que l'on en connaisse les détails. Depuis le communiqué de la directrice, on comprend mieux la discrétion de l'entreprise : Jacob Applebaum est accusé de harcèlement et d'attouchements au sein de l'entreprise.

Loin de défendre son désormais ex-employé, le projet TOR s'explique avec une franchise aussi calculée qu'inhabituelle, expliquant que "ces allégations n'étaient pas réellement nouvelles pour les employés de TOR, et cohérentes avec les rumeurs que certains d'entre nous entendaient depuis quelque temps. Cela dit, les allégations les plus récentes sont beaucoup plus concrètes que ce que nous avions pu entendre jusqu'alors." Si l'entreprise précise "ne pas avoir tous les faits" et "ne pas être un corps d'enquête", elle a néanmoins annoncé travailler conjointement avec un cabinet d'avocats spécialisé dans le harcèlement sexuel afin de mener une investigation en interne.

Hacktiviste, chercheur et journaliste

Entre l'annonce lapidaire de l'entreprise et le communiqué en forme de mea culpa de Shari Steele, un site Internet utilisant le nom du développeur comme URL est venu semer le trouble, compilant des témoignages détaillés et anonymes de personnes disant avoir été victimes d'abus sexuels de la part de l'activiste, rapporte The Verge. De son côté, Jacob Appelbaum se dit victime d'une attaque "calculée et ciblée" : il réfute, sur Twitter, toutes les accusations à son encontre et se dit "prêt à utiliser toutes les ressources légales [...] pour défendre [sa] réputation."

Héraut de la transparence, figure de l'hacktivisme antisurveillance et de la lutte contre la collecte des données privées, chercheur en cryptographie et journaliste, Jacob Appelbaum est considéré comme proche de l'organisation Wikileaks et a travaillé sur les documents divulgués par Edward Snowden. Auteur de nombreuses conférences et articles dans des prestigieux médias internationaux, il était notamment venu expliquer le système de surveillance de données Prism au Parlement européen en 2013. Si les accusations à son encontre s'avéraient fondées, la communauté hacker perdrait à nouveau une de ses figures tutélaires après le scandale de Julian Assange et la disparition tragique d'Aaron Swartz.

À voir aussi sur konbini :