AccueilÉDITO

Plus de 100 tonnes d'ivoire brûlées au Kenya contre le braconnage d'éléphants

Publié le

par Arthur Cios

Quelque 16 000 défenses d'éléphants partiront en fumée ce samedi 30 avril au Kenya, symbole de la lutte contre le braconnage alors que la population de ces animaux s'est réduite de moitié en trente ans.

Onze bûchers, 16 000 défenses, 105 tonnes d'ivoire : ces chiffres impressionnants relèvent l'importance de la destruction d'or blanc qui aura lieu ce samedi 30 avril, la plus grande jamais réalisée en Afrique comme nous apprend Le Monde. Ces 105 tonnes représentent d'ailleurs 5 % des réserves mondiales d'ivoire. En mars dernier, le président kenyan Uhuru Kenyatta annonçait l'incinération de 15 tonnes d'ivoire, un record à l'époque, et la destruction d'ici la fin de l'année 2016 du reste de la réserve nationale. Ce sera chose faite avec la mise en feu à Nairobi du stock restant.

L'évènement veut marquer les esprits, puisqu'il s'inscrit dans une âpre lutte contre le braconnage. La population d'éléphants d'Afrique a réduit de moitié en trente ans, atteignant les 500 000 individus aujourd'hui. Au Kenya, la population de ces animaux s'est vu décimer puisque 90 % des spécimens ont disparu en quinze ans. Il resterait 15 000 éléphants dans ce pays. Sur le continent africain, entre 30 000 et 50 000 pachydermes ont été tués chaque année entre 2008 à 2013, pour leurs défenses principalement, comme le rapporte le Guardian.

Un brasier qui flambera sur plusieurs jours

Le brasier, qui flambera plusieurs jours, sert d'épilogue à un sommet consacré à la protection des éléphants organisé au Kenya cette semaine. Certaines voix se sont néanmoins élevées contre la procession, arguant que la destruction d'une telle quantité d'ivoire n'aura pour conséquence que de le rendre plus rare et donc de faire augmenter son prix. D'après eux, le principal outil de la lutte contre le braconnage réside justement à légiférer contre les échanges et à faire baisser le prix d'achat.

À voir aussi sur konbini :