AccueilÉDITO

L'Italien Antonio Tajani, proche de Silvio Berlusconi, nouveau président du Parlement européen

Publié le

par Théo Mercadier

Le conservateur Antonio Tajani va succéder au social-démocrate Martin Schultz à la tête du Parlement européen.

Il aura été élu dans la douleur. Le conservateur Antonio Tajani, homme politique italien et vieux briscard des institutions européennes (il a été député européen et vice-président de la Commission européenne) est devenu dans la nuit de mardi à mercredi le 15e président du Parlement européen, après quatre tours d'un suffrage très disputé. Loin d'être le favori de cette élection, il a largement bénéficié de la bourde de son concurrent direct Guy Verhofstadt (Libéraux-démocrates) qui s'est grillé politiquement en tentant un d'obtenir le soutien du mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo, parti populiste italien controversé. De son côté, le précédent président, le social-démocrate Martin Schulz a annoncé vouloir quitter les institutions européennes pour se consacrer à la politique allemande.

Antonio Tajani a été choisi pour son côté pragmatique, même si son passé porte de nombreuses parts d'ombre qui refont surface aujourd'hui. Alors qu'il était commissaire européen à l'Industrie et aux Entreprises, il est accusé d'avoir fermé les yeux sur les manipulations organisées par Volkswagen pour fausser les tests d'émissions de CO2 de ses véhicules, scandale explosif plus connu sous le nom de Dieselgate. Antonio Tajani aurait ainsi été mis au courant dès 2012 des pratiques illégales du constructeur, soit bien avant leur divulgation en 2015. Une commission a été mise en place pour éclaircir son rôle exact dans l'affaire et tenter de comprendre pourquoi il a gardé cette bombe pour lui.

Avant sa carrière européenne, le nouveau président du parlement était une figure de la vie politique italienne. Il a fait partie des fondateurs de Forza Italia, le parti du très sulfureux Silvio Berlusconi, homme corrompu jusqu'à la moelle dont il a longtemps été proche. Un passé qu'il assume pleinement, mais qui entache son image.

Une nouvelle répartition des forces

Si Antonio Tajani assure vouloir être le président de tous les députés européens, il y a fort à parier qu'il sera surtout celui des plus conservateurs d'entre eux. Car son élection est synonyme de virage à droite pour un Parlement longtemps dirigé par la grande coalition entre le Parti populaire européen (PPE, droite) et les sociaux-démocrates (S&D). Le président est aujourd'hui soutenu par une nouvelle coalition conservatrice qui repose sur des bases fragiles : en dehors du PPE, première force du Parlement, Antonio Tajani doit en grande partie sa victoire au ralliement tardif des libéraux, des Tories anglais – qui ne seront pas là éternellement, Brexit oblige – et des députés du très controversé Parti droit et justice (PiS) polonais.

Un patchwork droitier qui signe la fin des compromis longtemps trouvés par la grande coalition et risque de marquer le retour d'une politique plus conflictuelle au Parlement européen. Un jeu politique dans lequel les forces de gauche vont devoir se battre au quotidien pour ne pas céder de terrain : l'élection d'Antonio Tajani ancre encore un peu plus le contrôle des forces conservatrices sur les institutions européennes, après la nomination de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission et de celle de Donald Tusk comme président du Conseil européen.

À voir aussi sur konbini :