AccueilÉDITO

Entretien : le directeur de Greenpeace revient sur les temps forts de l'ONG

Publié le

par Jeanne Pouget

Dans le cadre de la collaboration entre Konbini et la créatrice de mode Vivienne Westwood, fondatrice du site Climate Revolution, nous avons interviewé John Sauven, le directeur général de Greenpeace au Royaume-Uni.

Entre victoires, luttes et espoirs pour le futur, John Sauven, économiste de formation et environnementaliste déterminé, nous donne un aperçu des batailles que l’organisation mène pour protéger notre planète. Une interview qui revient sur les moments forts de l'ONG à travers ses campagnes les plus marquantes.

Dans le cadre des négociations de la COP21, Greenpeace se démène pour qu'un sanctuaire soit créé dans les eaux internationales de l'Arctique. Une aventure à laquelle vous pouvez prendre part en signant la pétition Save The Arctic.

© Andy Gotts - Save The Arctic t-shirts by Vivienne Westwood

Konbini | De quelles campagnes de Greenpeace êtes-vous le plus fier ?

John Sauven | J’ai mené une campagne pour obtenir un moratoire sur la déforestation nécessaire pour la production de soja, avec un collègue brésilien il y a presque dix ans. À ce moment-là, le soja, avec l’élevage de bétail, représentait un facteur important de la déforestation.

"Nous voulons que l’Océan Arctique soit épargné par l'industrialisation"

Nous avons lancé une campagne contre McDonalds qui vendait des poulets nourris au soja provenant d’Amazonie. Le moratoire est encore valable. C’est un succès car il a permis de réduire l’étendue de la déforestation. Et c’est encore considéré comme l’une des campagnes-clés qui ont aidé à obtenir un soutien pour favoriser les initiatives qui n’impliquent pas la déforestation de l’Amazonie et d’autres zones.

Quelles sont les plus grandes victoires que Greenpeace a remportées pour le bien de l’environnement ?

La plus célèbre est probablement l’interdiction de la chasse à la baleine. Mais nous avons remporté de nombreuses victoires, grandes ou petites, et nous avons participé à encore plus de batailles. Nous avons aussi bien empêché les entreprises chimiques de produire des produits qui détruisent la couche d’ozone que banni le marché des déchets toxiques.

Plus récemment, nous avons forcé Shell à arrêter le forage pour récupérer du pétrole dans l’Arctique. Comme notre campagne qui a pour but de transformer l’Antarctique en réserve mondiale, nous voudrions qu’une réserve soit créée sur le haut plateau de l’Arctique et que l’ensemble de l’océan Arctique soit épargné par l’industrialisation.

Avez-vous en tête une date ou un événement historique qui a marqué un tournant dans le lutte environnementale ?

Eh bien, peut être que cette date est sur le point d’arriver. Paris, décembre, 2015. Les discussions sur le climat ne vont pas résoudre le problème du changement climatique. Le fossé entre ce qui a été promis et ce que nous devons faire est encore trop grand. Mais les choses commencent à bouger.

"Quand les gens disent que l’environnement est un luxe, c’est comme dire que respirer est un luxe"

Shell s’est retiré de l’Antarctique. Obama a opposé son veto au projet Keystone XL, l’oléoduc qui devait permettre d’acheminer du pétrole tiré de sables bitumeux. La combustion de charbon a diminué cette année. Les commentateurs populaires parlent désormais d’énergies renouvelables, de voitures électriques, de réseaux intelligents, ce qui annonce une nouvelle ère. Nous avons des raisons d’être optimiste. Et nous ne pouvons plus nous permettre le luxe d’être pessimiste.

Avez-vous déjà dû abandonner ou reculer ou changer vos croyances ? 

J’ai mis du temps à comprendre à quel point l’environnement tenait un rôle important dans les choses auxquelles je croyais. Nous cloisonnons les problèmes. La justice sociale. Les droits de l’Homme, etc. Mais au fond tout est une question d’environnement sain. De l’eau propre. De l’air propre. De la nourriture saine.

Quand les gens disent que l’environnement est un luxe, c’est comme s’ils disaient que respirer était un luxe. Ce n’est pas un luxe. Ce n’est même pas un droit. C’est vital pour notre existence.

Quelles sont les limites du militantisme ? (en d’autres termes : la fin justifie-t-elle les moyens ?)

La fin ne justifie jamais les moyens. Si les moyens sont violents alors la fin sera corrompue.

Nous avons l’intention d’interroger Paul Watson de Sea Shepherd dans les prochaines semaines : pouvez-vous nous définir en quelques mots cette personnalité emblématique (mais aussi controversée) ? Aimeriez-vous lui poser une question en particulier que l’on pourra lui demander de votre part ? 

Est-ce que la fin justifie les moyens ! Mais Paul Watson a eu une grande influence sur Greenpeace. C’est l’un de nos fondateurs. Il a beaucoup de courage et il a le sens de l’engagement même si nous ne sommes pas toujours d’accord avec les stratégies qu’il utilise.

Quel est le scandale environnemental le plus choquant aujourd’hui ?

La combustion de charbon, surtout dans les pays riches, alors que tant d’alternatives qui ne menacent pas notre futur ni le futur de nos enfants existent. Le poids des intérêts des puissants sur nos gouvernements doit être dénoncé si nous voulons assurer un futur aux Hommes sur cette planète.

Pourquoi sauver l’Arctique est un tel défi aujourd’hui ? 

Je pense que nous gagnons. Les compagnies pétrolières se sont empressées d’aller dans l’Arctique et dans d’autres environnements extrêmes pour chercher du pétrole. Maintenant, ça ressemble à une folie très coûteuse. Les environnementalistes ne sont pas les seuls à se plaindre. Les investisseurs commencent à poser des questions aussi.

Il existe tellement de problèmes (comme la déforestation, la fonte des glaces, la pollution…) que se battre contre le changement climatique en est presque décourageant. Quel premier conseil donneriez-vous à la jeune génération ?

C’est une période excitante pour devenir environnementaliste. On est sur le point d’assister à de grands changements. Toutes les solutions existent. La seule chose sur notre passage, ce sont les hommes politiques qui ne prennent pas conscience des changements qui nous entourent. Mais les hommes politiques peuvent être changés. Donc changeons-les et changeons le monde !

Beaucoup de gens ne semblent pas s’intéresser aux problèmes environnementaux : comment convaincre les gens de changer d’avis ?

Parfois nous parlons d’écologie dans un cadre trop restreint. Tout le monde se préoccupe de son environnement. Prenez la pollution de l’air. C’est un des plus gros problèmes qui touche tout le monde. Dans les villes un peu partout, les gens étouffent littéralement jusqu’à en mourir.

"L’idéalisme des jeunes activistes compte si on veut changer le monde"

Nous n’en parlons peut-être pas comme un problème environnemental alors que c’est la combustion des énergies fossiles provenant des voitures et des centrales électriques qui en est la cause. Je pense que nous devons faire le lien entre des problèmes comme la santé, la qualité de vie et l’environnement.

Quels hommes politiques ou citoyens pourraient initier ce changement aujourd’hui ?

Je pense que des choses très excitantes se font de nos jours. De nombreuses entreprises perturbatrices qui se confrontent au vieux système établi. Des villes qui développent de nouvelles formes excitantes de mobilité et de production d’énergie locale. Des gens qui font campagne sur le terrain pour empêcher les nouvelles initiatives mauvaises pour la planète de se développer, comme la fracturation hydraulique. Et toute personne qui met des panneaux solaires sur son toit !

Greenpeace a-t-elle des ennemis ? Si oui, qui sont-ils ?

Nous n’avons pas "d’ennemis". Mais il existe des gens qui ne font pas les bons choix. Quand le gouvernement fait des coupes budgétaires qui retirent tout soutien à l’industrie solaire, on ne perd pas seulement des milliers d’emplois.

On rend aussi la tâche plus difficile aux millions de personnes qui veulent participer à la révolution solaire. Plus nous générerons de l’énergie nous-mêmes, moins nous serons dépendants des grosses entreprises et des gouvernements étrangers.

Quand on est un jeune activiste, on est idéaliste. Mais quand on dirige une grosse ONG comme Greenpeace, on devient plus pragmatique face à la réalité. Faut-il être schizophrène ?

Eh bien, il faut trouver un juste milieu entre des intérêts en concurrence, ce qui signifie que c’est parfois du "donnant-donnant". Mais je ne pense pas que l'on perde son idéalisme. J’aime penser que je suis devenu un peu plus intelligent. Mais je me fourvoie probablement. Aussi l’idéalisme et l’énergie des jeunes activistes est vraiment ce qui compte si on veut changer le monde pour qu’il soit meilleur.

Suivez Vivienne Westwood sur son site Climate Revolution, Twitter, FacebookInstagram et YouTube.

Traduit de l'anglais par Hélaine Lefrançois

À voir aussi sur konbini :