Y a-t-il une intelligence dans la futilité ?

C’est une fille dans le vent. Mais être dans le vent, est-ce une ambition de feuille morte ?

Sa cambrure parfaite, ses fesses mises en avant sur le rebord d’une piscine.
26 000 likes.
Sur Instagram.

Publicité

Son appartement parfait, les fleurs fraîches sur sa cheminée parisienne.
12 000 likes.
Sur Instagram.

Son nouveau look, ses nouvelles chaussures Chanel.
15 000 likes.
Sur Instagram.

C’est une fille dans le vent.
On dirait que tout lui coule dessus.
Elle gagne sa vie à être elle.
À être belle.
On ne sait pas ce qu’elle pense.
Et elle ne cherche pas à le partager.
C’est une fille qui est.
Car dans le monde actuel, on peut "être" sans parole, juste en images.
Le règne de l’esthétisme sans le propos.

Publicité

Les gens aiment la détester. On la traite d’idiote. De fille superficielle.

"Elle a le regard vide."
"Elle a vraiment l’air de ne rien avoir dans le crâne celle-là."

Je l’ai dit. Nous l’avons tous dit.

Publicité

Alors que nous sommes tous fascinés par tant de futilité, cette fille est le nouveau bouc émissaire, reflétant tous les problèmes de la société, porte-manteau d’une époque, une fille que nous continuons pourtant tous obsessionnellement à regarder.

C’est une fille dans le vent. Mais être dans le vent, est-ce une ambition de feuille morte ?

Pourquoi n’arrive-t-on pas à admettre qu’il existe une forme d’intelligence dans la futilité ? Et peut-être même… une forme de clairvoyance dans la vanité ?

Publicité

On regarde cette fille, on la déteste, on la trouve ridicule et pourtant on l’envie. Car son insouciance nous fait rêver. Ses facilités à accepter des deals financiers pour devenir la vitrine de marques, son consumérisme insolent, son corps mis en avant et tout cet argent récolté qu’elle empoche sans remise en question, en offrant au monde son petit bout de néant.

Le soir, face à elle-même, ne s’en veut-elle pas de ne vendre que de l’illusion ?

Non.

Qu’importe qu’elle soit une imbécile naturelle ou une grande manipulatrice marketing, elle a constaté que l’écran de fumée est toujours plus "compétent", plus "influent" dans notre monde que… la vérité.

Elle a l’intelligence de la vacuité, là ou d’autres se crèvent à essayer d’être dans le vrai, dans l’éthique, elle choisit consciemment, ou inconsciemment, le faux, et réussit avec brio. Et c’est presque à se demander qui sont les imbéciles, qui sont les idiots.

Tandis que nous la stalkons, scotchés à nos téléphones, elle gagne sa vie grâce à la jalousie qu’elle provoque et à la haine des gens qui sont sidérés par son manque de profondeur.

Elle a l’intelligence d’avoir compris que l’humanité a tellement peur du vide que l’incarner revient à avoir rivés sur elle les yeux de milliers d’inconnus qui, pour se rassurer sur leur intégrité et leur supériorité, n’arriveront plus jamais à décrocher…

Pour lire d’autres chroniques de Dora Moutot, rendez-vous sur sa page Medium.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Par Dora Moutot, publié le 13/12/2017

Copié

Pour vous :