AccueilÉDITO

Explorez en 3D un complexe nucléaire nord-coréen

Publié le

par Thibault Prévost

@ok

En se basant sur les renseignements disponibles, une équipe de chercheurs a recréé en 3D un possible complexe nucléaire nord-coréen.

Testera, testera pas ? Ces dernières semaines, une partie des observateurs internationaux spécule quant à la possibilité d'un test de missile nucléaire imminent de la part du régime nord-coréen, qui montre des signes de plus en plus marqués d'agressivité – une situation qui ne s'est pas arrangée depuis que Kim Jong-un a trouvé en Donald Trump un type capable d'aboyer aussi fort que lui. Dimanche 16 avril, malgré la pression internationale, le pays a effectué – et planté – un nouveau test de missile balistique, tandis que les États-Unis envoyaient un porte-avions flirter avec les eaux territoriales nord-coréennes et que la Chine se rangeait (timidement) du côté américain en interdisant l'importation de charbon nord-coréen pour le reste de l'année.

En d'autres termes, l'ambiance est un peu tendue, et un sixième test nucléaire de la part du régime ne constituerait pas exactement un gage de bonne volonté. La dernière fois que Pyongyang avait fait mumuse avec un missile nucléaire, le 9 septembre 2016, le Conseil de sécurité de l'ONU avait répliqué avec la résolution 2321, une série de sanctions économiques qui interdit, entre autres, toute coopération scientifique ou technique entre les États membres et le régime ermite. Néanmoins, ces dernières semaines, un certain nombre d'indices laissent croire à l'imminence d'un nouveau test nucléaire dans le nord du pays, dans un complexe "secret" appelé Pungyye-Ri placé sous le mont Mantap, qui culmine à 2205 mètres. En compilant des images satellites à haute résolution, des données sismiques et des informations sur les complexes nucléaires américains, une équipe de chercheurs du Monterey Institute of international studies a recréé en 3D l'intérieur de ce complexe, dans lequel l'internaute peut carrément se balader en réalité virtuelle, rapporte The Verge.

Équivalent à la bombe d'Hiroshima

Comment est-il possible de deviner la structure d'un bâtiment souterrain dont on ignore tout? En étudiant ses données sismiques, tout simplement. Pour faire simple, Pungyye-Ri est un lieu qui sert à faire exploser des bombes en toute discrétion sous une montagne – des bombes dont la puissance augmente petit à petit depuis 11 ans. Selon le site 38north, qui étudie le développement de l'activité nucléaire militaire en Corée du Nord, l'explosion de septembre 2016 a libéré entre 15 et 20 kilotonnes de TNT, une puissance comparable aux bombes larguées sur Hiroshima et Nagasaki. Le genre de chose qui fait suffisamment trembler le sol pour être détectable par des instruments de mesure, même à distance. En agissant comme un radar, les ondes sismiques générées peuvent alors faire apparaître la silhouette des bâtiments souterrains.

Si d'autres aspects de la reconstitution sont de pures devinettes, comme l'intérieur des tunnels (dont le design provient d'un assemblage d'images de tunnels d'essais américains et de vidéos de propagande nord-coréennes), les plans dessinés par Jeffrey Lewis et son équipe apportent néanmoins une information très intéressante : la structure générale du complexe est quasiment la même que celle des plans déclassifiés d'un complexe de test nucléaire souterrain... américain. Les nord-coréens ne se seraient donc même pas foulés à inventer une infrastructure originale, se contentant de copier des plans disponibles. Reste maintenant à savoir si, comme leurs homologues américains, ils feront fi des recommandations de la communauté internationale pour conduire leur programme militaire comme ils l'entendent. Le 28 avril, le Conseil de sécurité de l'ONU se réunira à nouveau pour évoquer la question nord-coréenne. Espérons qu'ils n'aient pas à évoquer un sixième essai nucléaire illégal.

À voir aussi sur konbini :