AccueilÉDITO

Instagram vous permet à son tour de télécharger vos données personnelles

Publié le

par Thibault Prévost

Après Facebook, Instagram se plie à son tour au futur règlement européen de protection des données en laissant ses utilisateurs télécharger leurs archives.

Un chat, aussi appelé "catalyseur à likes" sur Instagram, juste après avoir mangé un peu trop de toasts à l’avocat. (© Pexels CC)

Le futur règlement européen sur la protection des données (RGPD), ce big bang du droit à la vie privée numérique, continue de provoquer des remous dans l’écosystème de la tech avant même son entrée en vigueur, qui aura lieu le 25 mai prochain.

Après Facebook et Google, qui ont considérablement mis à jour leur politique d’utilisation et leur interface, permettant aux utilisateurs de contrôler la dissémination de leurs données, c’est au tour d’Instagram de se conformer à la future réglementation en présentant, peu de temps après Facebook, une option de téléchargement de l’ensemble de ses données, de manière claire et rapide.

Deux semaines après avoir été critiqué par TechCrunch pour l'absence de l’option de récupération des données, Instagram a donc opté pour une réponse rapide (ces temps-ci, du côté de la Silicon Valley, il ne vaut mieux pas s’embarquer dans des scandales liés aux données privées).

La nouvelle option concerne donc les quelque 800 millions d’utilisateurs actifs (définis par le partage d’au moins une photo de félin mignon, de brunch à l’avocat ou de selfie en position du lotus par jour), qui commencent probablement eux aussi à se demander ce qu’Instagram fait de toutes ces photos postées gracieusement pour gonfler leur ego numérique. Et pour le coup, la procédure de récupération est simplissime – à en croire une collègue qui dispose, elle, d’un compte Instagram particulièrement fourni.

Réponse sous 48 heures (ou quelques minutes)

Voilà comment ça fonctionne. Premièrement, connectez-vous au service via le site Web (oui, je comprends, c’est déstabilisant mais je vous jure, c’est presque pareil que sur votre téléphone), puis accédez à votre profil (l’icône en haut à droite de l’écran qui représente vaguement un homo sapiens). Une fois dans le profil, ouvrez les paramètres en cliquant sur l’icône en forme d’engrenage. Faites défiler la liste jusqu’à "Sécurité et confidentialité", puis trouvez l’option "Télécharger les données".

Il ne vous reste qu’à "Demander un téléchargement" (le lien fonctionne si vous êtes connecté·e), fournir une adresse mail vers laquelle l’archive sera envoyée – sauf si celle associée à votre compte vous convient, évidemment —, et entrer votre mot de passe (logique quand on s’apprête à récupérer toute sa collection perso de photos de chatons et de couchers de soleil, après tout).

Voilà ! Selon Instagram, en fonction de la taille de votre archive, la procédure peut prendre jusqu’à 48 heures. Dans notre cas, à l’écriture de ces lignes, soit 10 minutes après la procédure, le lien de téléchargement n’avait pas encore atterri dans la boîte mail de la personne en question – dont le compte possédait moins d’un millier de photos, et très peu de couchers de soleils filtrés.

Obligatoire au 25 mai

Une fois le lien envoyé, Instagram vous précise qu’il restera valide pendant 4 jours et que vous seriez bien avisé de ne pas partager le dossier correspondant ou même de le télécharger sur un PC autre que votre machine personnelle.

(Ici, l’entreprise oublie de préciser que si vous effectuez une de ces actions, vous serez également foudroyé instantanément par le dieu tout-puissant de la Sécurité informatique avant d’être envoyé en visite dans les sept cercles de l’enfer numérique, où vous serez condamné à utiliser Internet Explorer sur Windows 2000, configuré avec Lycos comme moteur de recherche par défaut et sans aucune possibilité de blocage de publicités. Et vous l’aurez bien cherché.)

Outre une preuve de bonne volonté dans la tourmente généralisée autour des données personnelles, l’initiative d’Instagram s’inscrit dans le cadre juridique européen : en vertu du RGPD, relatif à la portabilité des données des citoyens, il est prévu que tout le monde "a le droit d’obtenir que ses données à caractère personnel soient transmises directement d’un responsable du traitement à un autre", dans "un format structuré, couramment utilisé et lisible par une machine", rappelle Numerama.

En gros, Instagram avait le choix entre proposer le service maintenant et passer pour un bon élève, ou déployer son service avant le 25 mai sous la contrainte légale. Peu importe : vous pouvez désormais récupérer toutes vos données Insta centralisées dans une grande archive. Ne reste plus désormais qu’à supprimer votre compte. De toute façon, vous passez bien trop de temps dessus, pas vrai ?

À voir aussi sur konbini :