Le sang d'adolescent humain aurait un effet rajeunissant sur les souris

Une entreprise nommée Alkhatest a injecté du plasma d'adolescent humain à des souris, qui ont vu leurs fonctions cognitives "rajeunir".

bram-stokers-dracula-60

Et si, depuis tout ce temps, ce suceur de sang de Dracula était en fait un biologiste à la pointe de la recherche sur le rajeunissement cellulaire ? Selon l'entreprise Alkhatest, dont le travail vient d'être relayé par le magazine New Scientist, le secret de jouvence résiderait bien dans le sang des jeunes spécimens d'une espèce. On savait déjà que le sang de jeunes souris, une fois injecté à des vieilles, permettait à ses dernières de se "régénérer", ou du moins d'offrir à leurs muscles, organes (notamment le cœur et le foie) et leurs fonctions cognitives une cure de jouvence. Le secret proviendrait d'une protéine, GDF 11, qui se trouve dans le plasma – la partie liquide du sang. Si l'étude a été décriée depuis (certains ont même accusé la procédure de produire l'effet inverse), ça n'a pas empêché Alkhatest de passer à l'étape supérieure.

Publicité

Car si la procédure fonctionne avec le sang de souris, serait-il possible que le sang humain contienne lui aussi le secret de la jouvence ? C'est ce qu'a tenté de faire Alkhatest, en injectant du sang d'adolescent de 18 ans à des souris de 12 mois – l'équivalent de 50 ans pour un être humain. À cet âge, précise New Scientist, les animaux se déplacent plus lentement et obtiennent de mauvais scores aux tests de mémorisation. Après trois semaines de traitement, les souris obtenaient les mêmes résultats que des animaux âgés de 3 mois.

Selon les chercheurs, qui ont ensuite dûment examiné les cerveaux des souris traitées, le traitement a permis d'augmenter le processus de neurogenèse – qui crée de nouveaux neurones dans la région de l'hippocampe – des souris âgées. Quant à la substance du sang qui permet d'augmenter la neurogenèse, les chercheurs d'Alkhatest indiquent l'avoir identifiée... mais refusent pour le moment de la dévoiler. En attendant, Alkhatest a déjà débuté les essais cliniques sur des patients atteints de la maladie d'Alzheimer.

Par Thibault Prévost, publié le 16/11/2016

Pour vous :